Speedy Life
Découverte

Des souris et des hommes


Lundi 8 Septembre 2014




Non, on n’est pas dans le roman de John Steinbeck. Mais dans une étude effectuée par des chercheurs américano-japoanais. Pour simplifier, ces derniers démontrent que les bons souvenirs peuvent se transformer...


Des souris et des hommes
Oh, le coin de rue, voir le porche, ou le restaurant où votre amoureux s’est déclaré ! Longtemps, passer devant, vous a émue. Maintenant que l’histoire est passée à la moulinette, voir aux oubliettes et qu’un méchant divorce l’a atomisée, retourner dans le restaurant, ou passer à l'angle de cette rue, ne vous procure qu’un certain malaise, voir du dégoût.
 
C’est en partant de ces constatations que des chercheurs américano-japonais ont planché. Si la mémoire du lieu n’a pas changé d’un iota, en revanche, le souvenir qui y est rattaché est modifié, voir très éloigné de la réalité de l’événement initial. Pour vous, et l’échec de votre relation, cette transformation a pu mettre des mois, voir des années à se faire. En revanche, c’est en quelques jours seulement que l’équipe de chercheurs a réussi à modifier un souvenir dans le cerveau de… souris… mâles cette fois.
 
Leurs résultats ont paru dans la revue Nature Photonics, la semaine dernière. On y apprend notamment que pour se faire, les scientifiques ont utilisé la technique d’optogénétique. Soit, après une intervention génétique sur des neurones – de souris donc – ils sont parvenus à activer et à contrôler ces derniers avec de la lumière. Le tout s’est fait par l’intermédiaire d’une fibre optique implantée dans le cerveau des rongeurs.
 
Mais quel est donc le lien avec le schmilblick, et votre ancien restaurant préféré que vous exécrez désormais ? Pour en revenir à nos moutons, pardon, à nos souris, ces dernières ont été antérieurement conditionnées afin d’aimer un lieu donné. Et ce lieu, pas éloigné du lieu de la déclaration de votre ex-amoureux, était rempli de femelles souris. Comme quoi… Deuxième expérience, dans un autre endroit, que les souris n’avaient pas supporté, il n'y avait pas de femelles, mais à la place, elles ont reçu des décharges électriques.
 
Si le souvenir est activé à nouveau chez les souris avec la technique optogénétique, les rongeurs suivent alors le sentiment qui est associé à un lieu : bon avec des femelles, ils s’y précipitent. Mauvais avec des décharges électriques, ils partent en courant. Ce n’est que le début de l’expérimentation. En effet, ensuite, les scientifiques ont réussi, en utilisant le même principe d’optogénétique, à intervertir le sentiment associé au lieu. Résultat, le bon souvenir est devenu désagréable, et le mauvais bon.

Ce que cette expérience prouve, c’est la façon dont la mémoire est souple et malléable. Peut-être qu’un jour, après une grosse dispute dans un restaurant avec votre amoureux, dans le cerveau, les choses seront inversées, et vous ne verrez que la main qu’il vous a prise sous la table ! Foi de souris.

Des souris et des hommes

Béatrix Foisil-Penther
Journaliste, rédactrice, conceptrice, auteur et literary scout. En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016