Speedy Life
Lifestyle

Du cool au néocool


Mardi 24 Février 2015




« Cool ». Que se cache t-il derrière cette appellation fourre-tout ?


«Cool. As a State of Mind» au MAMO à Marseille
«Cool. As a State of Mind» au MAMO à Marseille
Cette année, tout semble cool. Comme l’adjectif désigne à peu près tout et n’importe - attitudes, objets, personnes, réseaux - il est parfois difficile d’y voir clair. La planète entière est traversée par ce souffle nonchalant et décontracté. Mais que représente t-il au juste ? Une respiration. Un état. Une attitude calme, naturelle, sans effort. Arrivé en France dans les années 50, transfuge du jazz, le mot s’est imposé à l’usage. À tel point qu’aujourd’hui, il figure même en bonne place dans le dictionnaire Le Robert.

Sur le site du Figaro Madame, la linguiste Marie Treps, précise : « C’est un mot cool ! Même si vous l’employez de travers, il n’y a pas de contresens possible, l’idée générale est comprise par tous. » La linguiste au CNRS continue : « sa sonorité est douce, la diphtongue est jolie. Enfin, le mot évoque une bonne nouvelle, l’inverse d’un drame. À notre époque, dans une phrase, c’est comme un cadeau. »

Un cadeau donc. Un cadeau qui passe de génération en génération. Aujourd’hui, pour la génération Y, il signifie « calme » et « détaché ». Lead Back pourrait-on dire en Anglais, même si cette dernière expression comporte quelque chose de négligé. Cool est plus un statement. Difficile à traduire. En gros : on est bien dans son époque, on est cool et l’époque l’est, même si en réalité elle est raide. Cool est une manière d’y répondre et de s’y adpater.

Pour en savoir plus sur ce terme-valise, une exposition à la Cité Radieuse à Marseille lui est consacré : « Cool. As a State of Mind. » Un état d’esprit donc. Aujourd’hui, ultra répandu, le sociologue Stéphane Hugon rappelle malgré tout dans Le Figaro, qu’avant d’obtenir ce statut, « le cool a illustré la contre-culture des années 1950, l’image du rebelle, en réaction au conformisme bourgeois ».

Aujourd’hui, les codes du cool ont bien changé. Ils se sont éloignés de ceux de la contre culture. Pour le publicitaire Nicolas Chemla, « Le cool de 2015 n’est plus le cool d’hier (…) Aujourd’hui, la décontraction est ultra travaillée, et il n’y a plus autant de magie. À l’ère de l’information en continu, tout est décortiqué : la vie des icônes, mais aussi les codes et les secrets de leur look, idem pour les marques. Cette transparence a changé notre regard. » Moins premier degré donc. Plus travaillé, le cool 2015 n’en a pourtant pas fini de faire parler de lui. Même, il est trop cool, voire néocool.

Béatrix Foisil-Penther
Journaliste, rédactrice, conceptrice, auteur et literary scout. En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016