Speedy Life
Carrière

Faire un break dans sa carrière sans prendre de risque


Speedy Life
Vendredi 3 Août 2012




Bon nombre de salariés souhaiteraient faire une pause dans leur carrière, que ce soit pour voyager, créer sa propre entreprise, ou encore travailler dans une ONG. Les raisons d’un congé sabbatique peuvent être nombreuses, mais il convient de connaitre les conditions d'un break sans prendre de risque.


Faire un break dans sa carrière sans prendre de risque
Comment faire avec son employeur

Pour prendre un congé sabbatique, il suffit de faire une demande auprès de son employeur. Aucun justificatif n'est demandé, il faut simplement être éligible à certains critères. Il faut avoir, 36 mois minimum d’ancienneté,  et avoir une expérience professionnelle d'au moins six ans. Mais l'employeur se réserve le droit de refuser la prise de congé sabbatique. Il faut dire qu'un congé sabbatique peut s'étendre sur une période de 6 à 11 mois, et il n'est pas toujours évident de conserver un poste disponible pour le salarié à son retour.

Pendant le congé

Durant sa période de congé sabbatique le salarié peut travailler pour le compte d'une autre entreprise, ou bien partir en voyage, ou encore créer son affaire ou effectuer du bénévolat pour une ONG, à lui de choisir. Aucune restriction ou condition ne vient altérer le congé. Cependant, le salarié en congé sabbatique ne peut prétendre aux prestations sociales, notamment le RSA. Il convient donc d'avoir des provisions avant de se décider à prendre une longue période de congé.

Le retour au travail

Si l'employeur accepte le congé sabbatique, il doit au retour de l'employé, lui proposer au mieux, le même poste, ou sinon un poste équivalent avec une rémunération identique. Mais si le congé sabbatique a été pris dans le cadre d'une rupture de contrat, il appartient à l'employé de rechercher un nouveau travail, sauf si bien entendu son précédent employeur veut bien le réembaucher, ce dernier n’ayant aucune obligation. Ainsi, il existe des risques au retour à l'emploi, notamment celui d'être inemployable.

Les risques d'une absence prolongée

Après une longue période d'absence, les salariés perdent de la valeur aux yeux des employeurs. En effet, ces derniers constatent que les salariés ont besoin d'être à nouveau formés, car en plus d'avoir perdu une partie de leurs compétences, ils ne sont plus à jour sur les méthodes de travail internes. C'est l'une des raisons pour laquelle les employeurs sont souvent retissant à accepter les congés sabbatiques. Ainsi, lorsque le salarié revient sur le marché du travail, il se retrouve confronté à une inemployabilité. Plus le congé est long, et plus il est difficile de revenir dans le monde du travail.

S'assurer un retour dans de bonnes conditions

Resté déconnecté du travail pendant une trop longue période, pouvant s'avérer néfaste, il convient de déterminer la durée du congé. Selon l'activité et les réflexes professionnels exigés par un emploi, le temps d'absence aura plus ou moins d'impact sur les performances de l’employé, mais dans tous les cas, une absence supérieure à un an demeure problématique. L'idéal est de se contenter d'un congé de six mois, car sur ce laps de temps, l’employé perdra peu de compétences, et ses collègues de travail ne l‘auront pas oublié.
 




Dans la même rubrique :
< >

Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016