Speedy Life











Actu

Jacqueline Sauvage reste en prison


Mélanie Sagan
Jeudi 24 Novembre 2016




La demande de libération de Jacqueline Sauvage, 69 ans, a de nouveau rejetée par la cour d'appel de Paris, cette-fois. Elle avait été condamnée à dix ans de réclusion pour le meurtre de son mari, puis partiellement graciée par François Hollande. Elle devra donc rester en prison, mais pourra déposer une nouvelle demande de libération.


Source : Vimeao, image libre de droits.
Source : Vimeao, image libre de droits.
« Le 10 septembre 2012, après plus de quarante-cinq ans de calvaire sous les coups de son mari violent et alcoolique, Jacqueline Sauvage avait tué Norbert Marot, 65 ans, de trois coups de fusil dans le dos, dans leur pavillon résidentiel de la Selle-sur-le-Bied, dans le Loiret », explique un article en ligne du journal Le Figaro, d’après une dépêche AFP.

L’article ajoute que « la veille de l'homicide, leur fils s'était suicidé. Lors du procès, les trois filles de Jacqueline Sauvage avaient témoigné à charge contre leur père, expliquant avoir été violées et battues, comme l'était leur mère. »

Pas de légitime défense retenue

En première instance comme en appel, Jacqueline Sauvage a été condamnée à dix ans de réclusion criminelle : « Les juges n'ont pas retenu la légitime défense, qui suppose la proportionnalité de la riposte et la concomitance de l'acte et de l'agression », explique l’article, qui ajoute que « sa condamnation a cependant suscité une vague d'indignation et de mobilisation, notamment de la part de plusieurs élus comme Valérie Pécresse, la présidente Les Républicains de la région Île-de-France, le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde ou la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo. »

Sollicité par de nombreux élus et par les filles de l'accusée, le président François Hollande, « face à une situation humaine exceptionnelle », lui a accordé le 31 janvier dernier une grâce partielle, notamment de la période de sûreté.

Une mesure « qui lui a permis de présenter immédiatement une demande de libération conditionnelle au lieu d'attendre plusieurs années. Mais le 12 août, le tribunal d'application des peines de Melun a refusé de la libérer, malgré la position du parquet, qui soutenait sa demande. »

Le tribunal a reproché à Jacqueline Sauvage « de ne pas assez s'interroger sur son acte » et a estimé qu'elle ne pouvait « prétendre vivre à proximité des lieux des faits, dans un environnement qui, compte-tenu des soutiens dont elle bénéficie et de la médiatisation des faits risquerait de la maintenir dans une position victimaire ».
Jacqueline Sauvage avait en effet fait savoir qu'elle souhaitait, une fois libre, aller vivre chez l'une de ses filles, dans le Loiret, à une quinzaine de kilomètres du meurtre.

Me Bonaggiunta, l'une des avocates de Jacqueline Sauvage, s’est dit « consternée », affirmant : « La société n'est pas prête à comprendre les femmes victimes de violences. »

Lire l’intégralité de l’article du Figaro ici.




Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016