Speedy Life
Lifestyle

La Parisienne : pas «bankable», mais «fuckable» !


Vendredi 19 Septembre 2014




On en a déjà parlé le 4 septembre dernier, mais il semblerait que la parisienne, objet de bien des fantasmes, soit un sujet inépuisable. Cette semaine, à l’occasion de la signature du livre, «How To Be Parisian Wherever You Are», de Caroline de Maigret, Anne Berest, Audrey Diwan et Sophie Mas, chez Colette, retour sur les commandements de cette créature parfaite, à qui il arrive d’être fatiguée… Faut pas croire, et de pleurer derrière son sac Chanel aussi.


La Parisienne : pas «bankable», mais «fuckable» !
Ce qui suscite l’intérêt dans cet opus gonflé, « Comment être une parisienne, où que l’on soit », c’est le sous-titre : « Amour, style et mauvaises habitudes. » À l’occasion de la signature du livre, cette semaine chez Colette, on revient sur ces trois curiosités, histoire de voir si la parisienne s’y prend mieux que les autres. À lire l’ouvrage, oui ! Au fil des pages on apprend que la parisienne, même si elle n’est pas bankable, tout le temps, est en revanche fuckable tout le temps. Je cite : « Always be fuckable ». Traduction, en restant polie et en adaptant quelque peu la formule : être toujours désirable. Toujours, toujours.
 
Et toujours, qu’est-ce que cela signifie ? Selon les auteurs, être sexy et chic, même dans la queue de la boulangerie le dimanche matin (exit le jogging donc, mais de cela, on a déjà parlé), même au milieu de la nuit chez l’épicier pour acheter du champagne (ce qui implique que la créature céleste ne se lève pas forcément à 7 heures du matin pour accompagner ses lardons à l’école). Ce qui laisse supposer, entre les lignes, qu’en dehors des lardons, elle a une vie bien à elle, et qui ne regarde qu’elle. Surtout pas les lardons. Toujours désirable encore, même à la sortie de l’école. Ah quand-même, elle se souvient qu’elle a des enfants. Et toujours désirable, pourquoi ? « On ne sait jamais », concluent les auteurs de manière énigmatique.

Second commandement : être consciente de ses qualités et de ses défauts. Même, les auteurs de cette « bible » précisent : cultivez-les en privé, mais ne soyez pas obsédée outre mesure par eux (les défauts), et elles, (les qualités). Cultivez ses qualités en privé, on voit ce que cela veut dire. En revanche, les défauts, c’est plus compliqué. Dans tous les cas, on retient qu’il faut se connaître, être capable de voir la poutre que l’on a dans l’œil, et ses mauvais côtés également. Le naturel est un truc de dingue. Le truc même des parisiennes pourrait-on dire. Mais ce qui semble naturel en surface, a demandé des efforts de malades mentaux en sous-main, expliquent-elles, depuis des générations pour en arriver à ce niveau d'excellence.
 
Les auteurs recommandent de ne pas se rendre à un dîner qui compte plus de six personnes. Mais avant elles, Coco Chanel le disait aussi. À Paris, écrivent Caroline de Maigret, Anne Berest, Audrey Diwan et Sophie Mas, une soirée commence souvent par une bouteille de champagne, parfois servi avec de la glace (ça s’appelle une piscine.) Si possible, la conversation doit être amenée sur un terrain polémique, ce qui ne manque pas en ce moment. Il suffit de parler du livre de Valérie Trierweiler. Arrivé au plat principal, c’est très bien de faire déraper le sujet sur le second domaine préféré des parisiens et des parisiennes, le sexe. Ce n’est pas moi qui le dis. Mais les filles.
 
Les filles encore. La parisienne n’essaye pas de passer pour ce qu’elle n’est pas. En réalité, plutôt que d’avoir l’air jeune, ce qui de toute façon est illusoire quand on vieillit, est de devenir la meilleure possible, quelque soit l’âge, à l’intérieur, comme à l’extérieur… C'est ce qu'elle souhaite par-dessus tout. Dans l’opus, on apprendra également, pêle-mêle, que la parisienne sait ouvrir une bouteille de vin (et des huîtres, certainement aussi). En revanche, concernant le vin, le secret pour montrer à un homme qu’on a besoin de lui, est de laisser ce dernier ouvrir la bouteille. La créature n’utilise pas d’abréviations quand elle textote, elle n’écrit pas SMS, elle fait des phrases complètes avec la ponctuation. Comme celle là.
 
How To Be Parisian Wherever You Are, de Caroline de Maigret, Anne Berest, Audrey Diwan et Sophie Mas (Penguin / Random House).
 

Chez Colette
Chez Colette

Béatrix Foisil-Penther
Journaliste, rédactrice, conceptrice, auteur et literary scout. En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 6 Octobre 2017 - 11:05 La pauvreté s'enracine en France


Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016