Speedy Life
Tendances

Le T-Shirt à message


Mercredi 10 Décembre 2014




À coups de messages et de slogans, les vêtements affichent opinions et caractères…


Chez Kenzo, le "No Fish No Nothing"
Chez Kenzo, le "No Fish No Nothing"
Petites phrases sibyllines, messages subliminaux, déclarations ou devises, les vêtements à messages sont descendus dans la rue. Ce phénomène s’appelle le self-branding, ou la manière, très personnelle, de faire de soi une marque. Deux mots, une phrase... ces slogans s’inscrivent sur pulls et t-shirt. Ils affichent la philosophie d’un individu, son combat, ses goûts… Pas toujours très fins – Fuck, Je t’aime, Last clean t-shirt, et j’en passe et des meilleurs. Ces messages ressemblent à des tweets. Mais des tweets portés. Le vêtement devient un porte-drapeau. Dans Elle, la sociologue des médias, Divina Frau-Meigs décrypte : « Ces vêtements à messages sont une mise à jour de sa personne. » Autrement dit, cela signifie : attends donc que je fasse une mise à jour de ma personnalité et je l’affiche sur mon sweat ! L’habit fait donc le moine. Mais la personnalité est versatile. Elle peut changer du jour au lendemain, comme on change de chaussettes. Dans ce cas précis, on changera juste de t-shirt...
 
Le self-branding, fréquent sur les réseaux sociaux, s’attaque donc à la mode. Mais le but n’est pas l’art. Le but est de se faire entendre, de revendiquer, voire de provoquer. En somme, les gens veulent être les acteurs de leurs vêtements. Et l’interaction avec les autres, nouveau graal, doit se faire partout : dans la rue, au supermarché. Ces accroches d’un nouveau genre, dans l’esthétique, s’inspirent des typos du graf, du street art et du tag. Les gens pensent, et leur tee-shirt est leur porte-parole. C’est un nouveau mode de communication et à la fois, un engagement citoyen. On défend une cause, comme celle du climat, et on le dit avec des insriptions comme Climate Revolution (Vivienne Westwood) ou Green Machine. On est loin des maximes de La Rochefoucauld, mais c’est un peu le même principe. La différence ? Les maximes 2.0 s’arborent comme un plastron.

Béatrix Foisil-Penther
Journaliste, rédactrice, conceptrice, auteur et literary scout. En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Juin 2017 - 18:00 Ces marques qui font "tilt" !


Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016