Speedy Life
Lifestyle

Les chaises Drucker, so Paris !


Lundi 20 Octobre 2014




À Paris, la Rolls des chaises de café et des terrasses, qu’elle provienne des maisons Drucker ou Gatti, est encore largement fabriquée en France. Graphiques et colorées, elles restent un symbole des bistrots parisiens.


Chaises Drucker
Chaises Drucker
Qu’est-ce qui est typiquement parisien, nécessite quatre heures de travail par pièce, existe dans trente et un coloris et est essentiellement fabriqué en France ? Si vous donnez votre langue au chat, on vous aide : les chaises de café en rotin tressé, de couleurs vives et aux entrelacs graphiques spécifiques. Elles sont reconnaissables entre toutes.

Dans ce marché haut de gamme, il faut compter environ 600 euros pour une pièce. Deux enseignes anciennes occupent le marché, les maisons Drucker et Gatti. Au dos des spécimens en rotin courbé, des plaques gravées indiquent la marque. Aucun doute possible sur leur provenance.

Sans enfoncer les portes ouvertes, les chaises Drucker et Gatti sont un symbole de savoir-faire et d’artisanat made in France. Un savoir-faire patrimonial qui s’arrache à l’étranger. Le tissage spécifique des fibres de rotin est particulièrement prisé aux États-Unis. À New York, les chaises de cafés parisiens bénéficient de la mode des néo-bistrots ou celle de la bistronomie en général qui s'exporte outre-Atlantique.

Si 60% des commandes proviennent de l’étranger, peut-on lire dans L’Express Styles, les cafés parisiens perpétuent la tradition. Ainsi, les prestigieux cafés de Flore, des Deux Magots, ou encore la Closerie des Lilas, entre autres, en sont équipés. Bien d’autres propriétaires de cafés en ont pourvu leurs terrasses. Pour les particuliers addicts qui aimeraient les avoir sur leur propre terrasse, on les trouve à l’unité chez Merci, le concept-store du boulevard Beaumarchais à Paris.

L’entreprise familiale Drucker a été créée au XIXème siècle. Aujourd’hui encore, après moult péripéties, ses ateliers sont situés dans l’Oise. Il y a neuf ans, elle a été reprise par l’ingénieur Bruno Dubois. « La gestion de la maison Drucker avait été désastreuse, mais le produit était fantastique », explique t-il à L’Express Styles. Pour preuve, les fameuses chaises aux dessins graphiques et aux combinaisons de couleurs presque infinies avaient été choisies pour équiper certains ponts du Titanic !

De fait, les chaises Drucker sont super chic, empilables et ultra solides : « La matière utilisée pour le dossier des sièges est la Rolls des plastiques. Un matériau de si grande qualité que le soleil n’a pas de prise dessus. », explique encore Bruno Dubois. Le tissage des dossiers est fait à la main dans l'Oise. En revanche, les piètements sont fabriqués en Espagne et au Portugal. La Maison Drucker, une toute petite structure de vingt-cinq employés a un avenir tout tracé : continuer la tradition, équiper les bistrots parisiens. Un avenir dégagé, bourré de commandes, rien à voir avec celui du Titanic.

Les chaises Drucker, so Paris !

Béatrix Foisil-Penther
Journaliste, rédactrice, conceptrice, auteur et literary scout. En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016