Speedy Life
Carrière

Normale sup sciences, où sont les filles ?


Lundi 16 Novembre 2015




La filière « Sciences » de l’École normale supérieure manque cruellement de filles. Pour faire bouger les lignes, l’ENS vient de lancer une websérie.


L’équation filles et sciences a du fil à retordre. Si le documentaire Codegirl démontre, contre toute idée reçue, que les filles sont capables de coder aussi bien que les garçons, à Normale Sup « Sciences » les filles se font rares. Pour prendre conscience du manque de mixité dans les disciplines et les études scientifiques, l’École normale supérieure vient de lancer une websérie. Ainsi, la prestigieuse école, n’accueille que 8% d’étudiantes dans sa filière « Sciences ». Dans sa filière « Lettres », en revanche, les effectifs filles-garçons sont beaucoup plus équilibrés.
 
Après ce constat, l’ENS a donc choisi de s’engager en faveur de la mixité. Pour ce faire, c’est une websérie qui a vu le jour. Forte de six épisodes de moins de cinq minutes chacun, la série livre les témoignages de « directrices de départements et doctorantes, normaliennes, chercheuses », rapporte Le Figaro. Elle a été lancée la semaine dernière sur Internet. Elle est destinée aux jeunes étudiantes de classes préparatoires, et même aux lycéennes. Le but est de dénoncer l’accès encore difficile des femmes aux filières scientifiques, notamment, « aux carrières de professeures et de chercheuses en sciences fondamentales », explique le site du Figaro.
 
Pourtant, les femmes, comme les hommes, ont leur place dans les filières scientifiques d'excellence. Ce qui les arrêtent : « l’autocensure, la peur de l’échec, l’image masculine de la filière » révèle Le Figaro. Autant d’explications qui sont avancées dans la websérie. Et effectivement, dans la réalité, on est loin du compte : « c’est complètement idiot. On se prive de la moitié du vivier », témoigne le directeur adjoint en sciences de l’ENS, Yves Laszlo dans un des épisodes. Beaucoup d’idées reçues circulent et ont la vie dure. Ainsi, dans l’inconscient collectif, « on associe les femmes à certaines capacités, certains métiers, et les hommes avec d’autres » relate Sharon Peperkamp directrice du département Études cognitives dans une des vidéos de la websérie.
 
De la même façon, en 2014, 68% des jeunes filles en prépa, n’ont pas tenté « le concours de l’ENS pensant ne pas avoir le niveau. » Ce sont donc les mentalités qui doivent évoluer : « il faut avoir confiance et se faire violence un petit peu pour se forcer à avoir de l’ambition » explique au Figaro, Ombline Lafont, doctorante en physique à l’École nationale supérieure. Avec sa websérie, c’est dans cette direction que s’engage l’ENS. Allez, les filles.

Béatrix Foisil-Penther
Journaliste, rédactrice, conceptrice, auteur et literary scout. En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016