Speedy Life
Carrière

Pour ou contre Facebook au bureau ?


Speedy Life
Mardi 26 Mars 2013




Une étude a montré qu'un employé surfe sur Internet environ 94 minutes par jour sur son lieu de travail, dont les deux tiers sont consacrés au surf personnel. Ainsi, face à l’utilisation des réseaux sociaux au travail, plus de la moitié des entreprises interdisent l'accès à Facebook.


Pour ou contre Facebook au bureau ?
La majorité des entreprises l’interdisent

En France, ce sont 64 % des entreprises qui selon une étude de Kaspersky Lab, interdisent l'accès aux réseaux sociaux. La principale raison de cette interdiction, c’est la productivité des employés jugée moindre lorsqu’ils se connectent sur le fameux Facebook. Mais les entreprises craignent aussi pour leur sécurité, car les cyberattaques se sont multipliées ces dernières années, les réseaux sociaux étant un angle d'attaque privilégié. Cette paranoïa concerne essentiellement les secteurs pharmaceutiques et bancaires, où parfois, il est même interdit d'envoyer des mails à l'extérieur. Pour le président fondateur de la Sifaris, Jean-François Beuze, l'interdiction d'accès à Facebook est indispensable à ces secteurs, pour réduire les risques de fuites d'information. Rappelons que ce dernier est un expert en sécurité des systèmes informatiques. Mais en matière de productivité, l'interdiction de Facebook au travail semble ne pas être justifiée aux yeux de certains, car les employés se connectent avant de commencer leur journée et pendant leur pause déjeuner.

Les heures Facebook

Une étude montre que les employés qui surfent à des fins personnelles sur leur lieu de travail ne sont pas moins respectueux de leurs obligations, car ces derniers surfent à des moments bien précis. À savoir : dès qu'ils arrivent au travail, et donc avant de se mettre au travail (entre 8 h et 10 h). Il apparait que ce premier surf matinal se fait essentiellement sur des sites d'information et réseaux sociaux, alors qu'à l'heure du déjeuner (12 h -15 h), deuxième créneau privilégié pour le surf personnel, les employés cherchent davantage à se divertir en allant sur des sites comme You tube. Enfin, ils surfent à nouveau entre 17 et 18 heures, mais cette fois sur des sites de services, pour consulter la météo, le trafic ou encore les pages jaunes. Vu ainsi, l’accès aux réseaux sociaux pourrait ne pas être mal vu, mais force est de constater que chacun rogne sur ses heures de travail.

Les employés réseauteurs sont improductifs

Bien que les horaires de surf personnel se fassent sur des plages horaires que l’on pourrait concevoir comme acceptables, il n’en demeure pas moins que les employés surf à des fins personnelles en rognant sur leurs heures de travail. Ainsi, en arrivant à 8 h au bureau, aussi brève soit la session de surf personnel, elle se fait sur un temps payé, qui ramené à l’année, représente un volume d’heure qui peut représenter jusqu’à six semaines généreusement payées par l’entreprise. Ce qui est inconcevable pour cette dernière, qui obéit à des contraintes de retour sur investissement, qui doit assumer des coûts de formation, et quantités de charges liées à son organisation. Il apparait donc évident pour la majorité des entreprises que Facebook, doit tout simplement être banni des entreprises. Cela facilite les choses, et la productivité des employés ne peut ainsi pas être remise en cause.




Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016