Speedy Life
Actu

Suivre ses enfants à la trace...


Vendredi 14 Novembre 2014




Aujourd’hui, les systèmes permettant de suivre et de surveiller les enfants se multiplient. S’ils sont en vogue, ces dispositifs posent tout un tas de problématiques, notamment morales.


Le dispositif Ma p'tite balise
Le dispositif Ma p'tite balise
Après les applications de surveillance via téléphones portables interposés, les accessoires... Déjà, une pléiade d’applications mobiles permettait aux parents anxieux de surveiller leur progéniture. Désormais, ils vont pouvoir se munir de tout un attirail d’objets plus ou moins discutables, pour savoir en temps réel, ce que fait Junior, révèle Le Monde dans sa rubrique Pixels, (R)évolutions numériques.
  
Les petits malins ont plus d’un tour dans leurs sacs, qui imaginent des accessoires  « espions ». Ces derniers ont bien compris les angoisses actuelles et s’engouffrent dans un créneau porteur. Il peut s’agir d’un porte-clés à l’apparence ludique - un petit ours - mais doté d’un dispositif de géolocalisation chiadé, d’un bracelet électronique, pardon pour l’allusion sous entendue à la liberté conditionnelle, ou ai-je l’esprit mal placé ? Si vous bloquez, rassurez-vous, il y a encore le duffle-coat connecté lancé par la marque Gémo, et équipée de la balise Ma p’tite balise…
 
Tout cela pour ne pas baliser. Puces, objets intelligents, données GPS, dispositifs pour savoir si Junior qui va seul à l’école est bien arrivé… Les nouvelles technologies redoublent dans un seul but : satisfaire les parents surprotecteurs, donner du grain à moudre à leurs névroses. Car géolocaliser Junior, comme on met une puce à la patte d'un canard, c’est peut-être retirer des angoisses à ses géniteurs. Mais quid de l’enfant ? C’est quand même lui mettre un fil à la patte… et faire le lit d’une société et d’un environnement anxiogènes.
 
« Cela participe à l’angoisse sécuritaire ambiante : plus il existera de possibilités de surveillance, plus ce sera utilisé », analyse dans Le Monde, Béatrice Cooper-Royer, psychologue clinicienne. Par ailleurs, il y a un bel antagonisme à vouloir pister son enfant : l’autonomie d’une part, mais la surveillance de l’autre. Ainsi, l’autonomisation est toute relative. En effet, l’enfant est relié ou retenu par un « cordon ombilical technologique » souligne Béatrice Copper-Royer. Et d’ajouter : « Soit on estime qu’ils sont assez matures pour sortir seuls, et on les laisse faire complètement. Soit non. »

Michaël Stora, psychologue-psychanalyste et cofondateur de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines, l’OMNSH, va dans ce sens. Au Monde, il parle d’une « injonction paradoxale » que l’on pourrait rapprocher de la liberté surveillée: « Pour l’enfant, exister en dehors du regard des parents est une victoire, il n’y a qu’à voir la fierté qu’il retire de la première fois qu’il ramène le pain », explique t-il. Vannina Micheli-Rechtmann, psychiatre-psychanalyste, elle aussi membre de l’OMNSH, va plus loin : l’outil de géolocalisation permet aux parents de pénétrer dans un des lieux propre à l’enfant, l’école, y compris, le chemin pour y aller et en revenir. Et Michaël Stora de conclure : « il révèle surtout la fragilité des parents. » Allez, on dit non, à la « traçabilité » des enfants, on coupe le cordon !

Béatrix Foisil-Penther
Journaliste, rédactrice, conceptrice, auteur et literary scout. En savoir plus sur cet auteur



Dans la même rubrique :
< >

Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016