Speedy Life
Actu

L’insomnie n’est pas une fatalité, il existe des solutions


Clarisse Rosius
Jeudi 13 Janvier 2022





Alors que l’insomnie est un mal très handicapant qu’expérimentent des milliers de personnes. Mais face à celle-ci, et contrairement à ce que l’on pourrait croire, il existe des astuces pour s’en sortir.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
L’insomnie chronique est pénible. Il ne s’agit pas de réveils impromptus et répétés avec des petits délais d’endormissements entre les cycles. Mais bel et bien de l’incapacité à se rendormir pendant parfois des heures et ce tout en ressentant les effets du sommeil. Dans un article dédié à ce sujet, Le Figaro  interroge des spécialistes et médecins qui donnent les contours du sujet : « Ce phénomène banal (de micro-réveils pendant la nuit NDLR) devient problématique lorsqu'il se répète trop fréquemment, qu'il empêche de se rendormir vite et surtout, quand il altère le lendemain, à savoir l'énergie, l'humeur et les relations sociales, souligne le Pr Yves Dauvilliers, neurologue et responsable du laboratoire du sommeil du CHU de Montpellier. Pour éviter d'empirer la situation, des solutions existent. Lorsque le réveil nocturne nous maintient en alerte plus de 15 minutes, le neurologue Yves Dauvilliers conseille de sortir du lit, car « le ruminement et l'agacement ne sont pas propices au réendormissement ». Dans cette situation, l'idéal est de changer de pièce et d'effectuer une activité relaxante. »
 
Il faut surtout éviter les écrans, se mettre dans une position non confortable et pas trop éclairée pour chercher à ressentir la somnolence arriver. Les médecins alertent également sur la tendance à déceler une insomnie trop vite quand il s’agit juste d’un sommeil moins profond qu’auparavant. Car le croire peut générer de l’inquiétude sur le sujet et finir par provoquer une vraie insomnie : « Pour marquer le réveil, le vrai, et le signaler une bonne fois pour toutes à l'organisme, le psychiatre Pierre Alexis Geoffroy préconise de se lever toujours à la même heure et de s'exposer à la lumière. « C'est elle qui va synchroniser l'horloge biologique, notre "coucou suisse interne", souligne le médecin. Cette dernière peut être naturelle ou même artificielle. En effet, si la lumière bleue est déconseillée le soir parce qu'elle reste éveillante , en matinée, c'est justement l'effet recherché.» »




Dans la même rubrique :
< >