Speedy Life
Tendances

Lire : le nouvel exercice électronique ?


Speedy Life
Mardi 8 Octobre 2013




En moins d’une dizaine d’années, l’irruption des écrans a bouleversé notre rapport à la lecture. N’en déplaise aux esprits chagrins, on ne lit pas moins ou moins bien. Juste différemment.


Lire : le nouvel exercice électronique ?
« Un bon bouquin pour moi, c’est comme un rendez-vous préparé de longue date. Je choisis le livre dans ma librairie de quartier, je m’achète une bonne tablette de chocolat et je me glisse sous la couette, pour deux ou trois heures d’égoïsme », explique Nathalie, insatiable lectrice devant l’éternel. Chez elle, les piles de livres s’entassent un peu partout, au risque de s’écrouler. « Quand Juliette, ma fille, m’a offert une tablette pour mes cinquante ans, j’ai été enthousiaste. J’ai cru que l’écran allait remplacer sans peine le papier. En réalité, les sensations sont complètement différentes entre lecture d’un livre et lecture d’un écran. J’aime sentir le poids du livre, corner les pages, gribouiller parfois un commentaire : l’écran le plus interactif ne m’apportera jamais ces plaisirs », raconte cette cadre dans …l’informatique.
 
On ne saurait mieux le dire. La révolution technologique des vingt dernières années a bien évidemment bouleversé les modes de vie dans leur ensemble, mais également notre rapport à la lecture. Dès 1999, alors que le e-reading balbutiait encore, Christian Vanderporpe s’inquiétait de cette (r)évolution, dans un ouvrage assez visionnaire, titré « Du papyrus à l’hypertexte : essai sur la mutation de la lecture ». D’emblée, il s’interrogeait : le lecteur de l’écran est-il encore un lecteur ? « La lecture ne semble guère compatible avec une autre activité et suppose une attention complète de la part du sujet. Ainsi hésitera-ton à décrire le consommateur en train de déambuler dans un centre commercial comme un « lecteur » même si celui-ci est amené à lire des étiquettes de produits ou des noms de magasins. Le lecteur est par essence quelqu’un qui se consacre pour une durée déterminée à la perception, à la compréhension et à l’interprétation de signes organisés en forme de message ».
 
Quinze ans plus tard, l’observation garde tout son sens. Un constat partagé et étayé par les scientifiques qui se sont penchés sur les mécanismes du cerveau sollicités au cours de la lecture sur écran. Alors que trois zones sont actives pour la lecture traditionnelle, la découverte et la compréhension d’un texte sur écran font appel à cinq fonctions situées dans le cortex. Conséquence qui peut surprendre : la vitesse de lecture est 25% moins rapide sur écran que sur papier et entraîne une « surcharge mnésique », en clair une fatigue accrue.
 
Pour autant, l’évolution semble irréversible. Pour preuve, la démarche de la Bibliothèque Nationale de France, pourtant peu suspecte de brader l’écrit et qui dès 2010 a installé Le Labo, un espace qui en plein cœur de la bibliothèque François Mitterrand se propose de familiariser les lecteurs classiques aux nouvelles technologies. « Cet espace montre qu’il ne faut pas redouter l’avenir mais l’apprivoiser », souligne Bruno Racine, président de la BNF depuis 2007, normalien et agrégé de lettres classiques et initiateur du projet.
 
Pour autant, et n’en déplaise à ceux qui un peu vite ont tiré un trait sur le papier, les soi-disant « digital native », ces enfants nés avec la technologie et la maîtrise quasi-innée du clavier, sont davantage un fantasme qu’une réalité. D’abord parce que lire s’apprend, longuement, pas à pas: quel que soit le support, il faut plusieurs années pour devenir un lecteur expert. Et à l’inverse de ce que peuvent distiller les pessimistes, partout dans le monde, les enfants dès leur premier âge accèdent au texte et à la culture par le livre.
 
L’Abécédaire Illustré, la Première Encyclopédie, demeurent des références du jeune lecteur. A l’heure du coucher, le fameux « Maman, tu me lis une histoire ?» n’a pas disparu des rituels domestiques. « Partout dans le monde, le livre reste un objet unique, universel, accessible, nomade et bon marché, n’en déplaise aux vendeurs de technologies », martèle Arnaud Nourry qui dirige Hachette Livre, et mise sur « une évolution lente et vertueuse ».  L’inattendu et persistant succès d’une démarche comme celle de l’association Lire et Faire Lire, lancée avec énergie par Alexandre Jardin,  en 1999, va dans ce sens : c’est l’album en main que des retraités bénévoles attachés à transmettre le plaisir de la lecture s’installent dans les préaux pour lire et raconter des histoires. Et qu’importe si les gamins récupèrent avec bonheur tablettes et ordinateurs au retour à la maison : le germe est planté !
 
Aujourd’hui, le monde du livre traditionnel  est capable de relever ce défi de compatibilité entre édition papier et édition numérique. Ses acteurs ne voient pas liseuses et autres smartphones comme une concurrence insubmersible mais comme une « évolution naturelle des outils de lecture accompagnant celle des attentes du lecteur », selon Arnaud Nourry, « bien que l’amoureux du livre-objet reste le sociotype dominant du féru de littérature ».  Entrés de plein pied dans le monde l’édition électronique, veillant à préserver qualité, patrimoine et rentabilité économique, ils tentent de faire de ces nouveaux modes de lecture un tremplin pour un rebond. « Nous sommes prêts, assure Denis Mollat, qui dirige depuis à Bordeaux la librairie familiale centenaire, dans une récente interview à Libération. Bientôt, on pourra aussi acheter des livres numériques en magasin car rien ne remplacera les conseils d’un libraire compétent ».




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Juin 2017 - 18:00 Ces marques qui font "tilt" !


Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016