Speedy Life
Culture(s)

Portugal : le manque cruel de prêtres pose question


Clarisse Rosius
Mercredi 3 Mai 2017




Au Portugal, dans certains villages du sud-est, la pénurie de curés catholiques pousse plusieurs femmes, croyantes parmi l’assemblée, à célébrer elles-mêmes les offices du dimanche pour animer la vie religieuse de ces communautés.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
« Dans la minuscule église de Carrapatelo, hameau d'une quarantaine de maisons perché sur une colline qui surplombe les vignobles de la région de Reguengos de Monsaraz, Claudia Rocha, en robe noire et baskets, s'adresse à une douzaine de fidèles, des femmes âgées pour la plupart », explique un article en ligne du journal Le Parisien, qui ajoute :  « Son blouson en cuir et son smartphone posés sur un banc au premier rang, la jeune femme de 31 ans conduit avec aise cette "assemblée dominicale en l'absence du prêtre". Après les prières et les chants liturgiques, elle commente elle-même les lectures bibliques du jour, tel un prêche. »

Ainsi, à la fin de la cérémonie, « elle distribue la communion, comme à la messe, à la différence que les hosties qu'elle brandit entre le pouce et l'index ont été préalablement consacrées par le curé, et qu'elle ne boit pas le vin représentant le sang du Christ. »
 

« Si je n’étais pas là, l’église serait fermée »

La jeune femme justifie sa présence, expliquant à l’AFP : « Si je n'étais pas là aujourd'hui, cette église serait fermée. Peu importe si je suis femme, diacre ou prêtre. Ce qui compte, c'est d'avoir quelqu'un qui appartient à cette communauté et qui préserve son lien avec le curé, même quand il n'est pas là. »

« Cette assistante sociale, précise Le Progrès, divorcée sans enfant, fait partie du groupe de seize laïcs, huit hommes et huit femmes, choisis par le père Manuel José Marques pour l'aider à conserver une présence régulière de l'Eglise dans les sept paroisses à sa charge. »

Ce prêtre cinquantenaire souligne : « Cela peut paraître étrange et nouveau, mais nous n'avons rien inventé. Il s'agit d'un outil prévu par les orientations de l'Eglise depuis longtemps, pour les cas où c'est absolument nécessaire. »

De telles « célébrations sans ministre ordonné, appelées "ADAP" par l'Eglise catholique pour "Assemblées dominicales en l'absence de prêtre", ont en effet cours dans divers pays, de l'Allemagne à la France en passant par la Suisse, le Portugal, les Pays-Bas, les Etats-Unis, le Canada... La pratique est née dans les années 1980, faute de prêtres. »


 




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Août 2017 - 15:05 Retour sur le festival de Menton

Lundi 28 Août 2017 - 15:54 ​Auchan retire un sac de course jugé macho


Prendre soin de sa peau, c'est naturel! (Partenaire)

Grise mine, j’aurai ta peau! Les conseils de Miss France 2016 pour un teint lumineux

30/06/2016 -

Manuela de Poulette Blog " Mes conseils de Maman blogueuse"

23/06/2016 -

Tout savoir sur la tendance du micellaire avec Aude Barré, directrice de la R&D chez Sarbec Cosmetics (Corine de Farme)

15/06/2016 -

Mon herbier 2.0 : le pouvoir des fleurs

09/06/2016 -

Les Sorties

L'exposition Melnikov-Le Corbusier, dialogue entre deux grands

18/04/2017

Paris : la Seine musicale ouvre ses portes

17/04/2017

​Saint Valentin, fête planétaire pour les restaurateurs et les fleuristes

14/02/2017

Exposition, château de Versailles de Louis XIV à Charles de Gaulle

03/08/2016