Speedy Life
Actu

Lammily, l’anti-Barbie


Mardi 25 Novembre 2014




Lammily est une poupée anti-Barbie. Contrairement à son illustre concurrente, elle veut refléter le physique des femmes moyennes. Elle est l’œuvre d’un jeune graphiste américain qui a réussi à lever un maximum de fonds afin de la fabriquer et de la commercialiser.


Lammily, l’anti-Barbie
C’est la révolution dans le monde très formaté des poupées Barbie. Lammily est une concurrente directe. Elle va être mise sur le marché aux États-Unis en janvier prochain. La liste d'attente est déjà longue comme le bras. Surtout, Lammily n’a pas comme Barbie, de mensurations idéalisées et peu courantes, à moins d’être mannequin. Lammily est une sorte d’anti-Barbie, une madame tout le monde dont la morphologie se rapproche de celle des femmes moyennes. Résultat, elle fait 1 mètre 63 pour 68 kilos, et 85 centimètres de tour de poitrine. Ce sont les mensurations transmises par le CDC, le Centre de Prévention des maladies aux États-Unis. Va pour les critères moyens américains. Les françaises, elles, feraient plutôt 1 mètre 63 pour 63 kilos, d’après l’INSEE, l’Institut national de la statistique et des études économiques. Mais là n’est pas le sujet !
 
Le sujet est Lammily. En bonne anti-Barbie, elle est donc brune, pas très grande et un peu « ronde ». Elle est l’œuvre de Nickolay Lamm – d’où son nom – un graphiste de 26 ans, habitant Pittsburgh dans l’Est des États-Unis. Il a planché sur une femme normale, parce que, dit-il : « être une femme normale, c’est beau. » Et toc. Une phrase immédiatement reprise en slogan pour créer le buzz autour de Lammily. En prime, des vêtements en veux-tu en voilà pour l'habiller mais toujours sur un mode normal. Point de rose bonbon, ni de paillettes. Et pour faire vraiment « normal », Lammily est vendue avec des patchs repositionnables cellulite ou acné : à coller sur les fesses ou le nez, voire les cuisses. De quoi vraiment s'amuser. Rooooo, le patch cellulite, ça, c'est une trouvaille, Barbie n'a plus qu'à aller se rhabiller !
 
 

Lammily, l’anti-Barbie