Speedy Life
Bien-être

Santé : oubliez l’IMC, voici l’IRC !


Paolo Garoscio
Mardi 18 Juin 2024





L'Indice de Rondeur Corporelle (IRC) se présente comme un indicateur de poids qui pourrait surpasser l'Indice de Masse Corporelle (IMC) en termes de précision et de pertinence pour évaluer la santé d'un individu. Alors que l'IMC a longtemps été utilisé comme référence, l'IRC promet de meilleures évaluations, notamment grâce à une prise en compte plus subtile de la graisse viscérale.


Qu'est-ce que l'IMC et quelles sont ses limites ?

L'Indice de Masse Corporelle (IMC) est une mesure standard utilisée par les professionnels de la santé pour déterminer si une personne est en surpoids ou obèse. Il est calculé en divisant le poids en kilogrammes par la taille en mètres carrés (kg/m²). Voici les principales catégories selon l'IMC :
    • 18,5 à 24,9 : Poids normal
    • 25 à 29,9 : Surpoids
    • 30 et plus : Obésité

Cependant, l'IMC présente des limites importantes. Il ne fait pas la distinction entre la masse graisseuse et la masse musculaire, ce qui peut entraîner des erreurs d'évaluation. Par exemple, un athlète avec une grande masse musculaire peut être classé comme obèse selon l'IMC, alors qu'il est en excellente santé. De plus, l'IMC ne prend pas en compte la distribution de la graisse corporelle, un facteur crucial pour évaluer les risques pour la santé.

L'Indice de Rondeur Corporelle (IRC) va-t-il remplacer l’IMC ?

L'Indice de Rondeur Corporelle (IRC) est une nouvelle mesure qui pourrait remplacer l'IMC. Développé par des chercheurs chinois et américains, l'IRC évalue la forme du corps en utilisant des mesures telles que le tour de taille et les hanches. L'IRC offre une meilleure précision que l'IMC en prenant en compte la graisse viscérale. Cette graisse, située profondément dans l'abdomen, est plus dangereuse pour la santé que la graisse sous-cutanée. En se concentrant sur le tour de taille, l'IRC peut fournir une évaluation plus exacte du risque de maladies liées à l'obésité.

Une étude publiée dans le JAMA Network a analysé les dossiers médicaux de plus de 30 000 personnes aux États-Unis sur 20 ans. Les résultats montrent une corrélation entre des IRC élevés et un risque accru de mortalité. Ces données suggèrent que l'IRC pourrait être un outil de dépistage efficace et non invasif pour identifier les individus à haut risque. L'IRC est également plus adaptable que l'IMC pour différents groupes de personnes. Par exemple, les personnes âgées, les enfants et les athlètes peuvent bénéficier de cette mesure plus nuancée qui tient compte de la distribution de la graisse corporelle et non seulement du poids total.


 




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 17 Juillet 2024 - 10:56 Vacances : gare à la « Maladie des Loisirs »