Speedy Life
Actu

​L’UNICEF s’engage pour l’approvisionnement des vaccins antipaludique


Clarisse Rosius
Vendredi 26 Août 2022





Grâce à un contrat historique, 18 millions de doses de vaccins anti-palud seront disponibles dans les trois prochaines années. Face aux défis logistiques et d’approvisionnement, l’UNICEF annonce sa contribution pour que les doses arrivent plus vite aux populations.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le financement est là, le contrat est signé et enclenché, maintenant c’est au tour de l’approvisionnement des populations de se mettre en branle. Face à l’opportunité historique du contrat de 18 millions de doses passé pour le premier vaccin anti-palud, l’UNICEF a voulu apporter sa contribution. « Selon les données de l'OMS, plus de 30 pays renferment des régions affichant une transmission modérée ou élevée du paludisme, dans lesquelles le vaccin pourrait offrir une protection supplémentaire contre la maladie à plus de 25 millions d'enfants chaque année lorsqu'un nombre plus important de doses sera disponible. Le vaccin antipaludique RTS,S est le résultat de 35 années de recherche et de développement, en plus d'être le premier vaccin jamais mis au point contre une maladie parasitaire. Il agit contre Plasmodium falciparum, le parasite responsable du paludisme le plus mortel au monde et le plus prévalent en Afrique » s’enthousiasme l’UNICEF.

« La conclusion de ce contrat est le résultat de 18 mois de préparation et de consultations intensives avec le secteur et les partenaires. Premier acheteur de vaccins au monde, l'UNICEF a accéléré les négociations d'achat afin d'éviter tout retard dans la fourniture de doses disponibles de vaccin antipaludique destinées à protéger les enfants vulnérables. La demande de vaccin antipaludique devrait être élevée dans les pays touchés. Comme à chaque nouveau lancement de vaccin, le nombre de doses sera dans un premier temps limité et augmentera au fil du temps, à mesure que les capacités de production atteindront le niveau requis. L'augmentation des volumes devrait également faire baisser les coûts relatifs à chaque dose. Des projets sont déjà en cours pour stimuler la production, notamment grâce au transfert de technologie, afin que chaque enfant à risque ait un jour la possibilité d'être vacciné contre cette maladie mortelle » poursuit l’organisation. Une fois cette première campagne réalisée, l’enjeu principal sera de nouer des partenariats avec des entreprises africaines pour que la production et les campagnes de vaccinations soient au plus près des populations concernées. 
 




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2024 - 08:33 Arnaque : le retour du colis « trop gros »