Speedy Life
Bien-être

​Moral des Français au plus bas d’après l’Insee


Clarisse Rosius
Mercredi 28 Novembre 2018




L’Insee note une chute importante du moral des Français en novembre. L’indice de confiance des ménages descend à 92 points, son plus bas niveau depuis février 2015, indique l’organisme public.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le moral des Français est une donnée précieuse que l’Insee surveille avec attention. L’organisme public de statistiques a ainsi rapporté que la confiance des ménages est en forte baisse en novembre. A 92 points, l’indice est en baisse de trois points par rapport à octobre. « Il s'agit de « son plus bas niveau depuis février 2015 », souligne l'organisme public dans un communiqué. Avec cette baisse, qui survient en plein conflit des « gilets jaunes », le moral des ménages - calculé sur la base de soldes d'opinion - se situe désormais « nettement au-dessous de sa moyenne de longue période », qui est de 100 points » rapporte 20 Minutes.
 
Les économistes interrogés par le quotidien ne cachent pas leur surprise face à une telle baisse. D’autant que si une baisse était prévue, avec 92 points, la chute depuis l’élection de Emmanuel Macron est impressionnante. Au lendemain de son élection en 2017, l’indice caracolait à 108 points. « D'après l'Insee, le recul de novembre s'explique principalement par un regain de pessimisme sur le contexte économique national - l'opinion des ménages sur leur situation personnelle n'ayant pour sa part connu qu'une légère dégradation. La proportion de ménages estimant que le niveau de vie va s'améliorer en France au cours des douze prochains mois a ainsi reculé de 11 points par rapport à octobre. Les craintes sur le chômage ont pour leur part grimpé de 21 points, à leur plus haut niveau depuis novembre 2016 » continue l’article de 20 Minutes.
 
Si ces chiffres ne sont finalement qu’une forme de sondage d’opinion et de ressenti, les conséquences sur l’économie – notamment pas la consommation sont des données tangibles. D’un point de vue uniquement mécanique, la baisse des cotisations salariales, la baisse de la taxe d’habitation pour une grande partie de la population laissaient présager une hausse du pouvoir d’achat importante. Le résultat devrait donc être une hausse de l’épargne par crainte de jours plus difficiles.




Dans la même rubrique :
< >