Speedy Life
Lifestyle

​Venezuela, le choquant festin de luxe de Maduro en Turquie


Clarisse Rosius
Jeudi 20 Septembre 2018




Alors que le Venezuela traverse une crise économique grave, les images du président Nicolas Maduro commentant le festin de « sultan » qu’il a fait en Turquie est choquant. Filmé, il a pavoisé sur la qualité de la soirée qu’il a passé.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Ce n’est pas tant le restaurant mais la façon d’en parler qui a choqué. Au Venezuela, le repas de luxe du président Nicolas Maduro est resté en travers de la gorge de ses opposants. « De retour de Pékin où il a demandé un secours financier d’urgence aux autorités chinoises (en vain semble-t-il), le président du Venezuela a fait escale lundi soir en Turquie où, de son propre aveu, il a été reçu « comme un sultan».

Le lendemain, ses compatriotes n’en ont pas cru leurs oreilles quand Nicolás Maduro, en direct à la télévision, a décrit dans des termes dithyrambiques son expérience gastronomique stambouliote : reçu avec sa femme Cilia Flores dans l’un des restaurants les plus cotés de la ville, il s’extasie de la qualité de la viande et de la chaleur de l’accueil du chef vedette Nusret Gökçe, véritable star d’Instagram connue sous le sobriquet de «Salt Bae» grâce à sa façon mi-sexy mi-absurde de verser du sel sur ses morceaux de viande. Un tel moment « n’arrive qu’une fois dans la vie, pas vrai ?», résume Nicolás Maduro » nous raconte Libération.

Les photos publiées par le restaurateur du couple présidentiel devant le festin avait déjà fait réagir. On y voit notamment le président d’un pays en crise économique catastrophique tirer sur un gros cigare cubain. Des images effacées peu après, mais qui ont eu le temps d’être partagées et de créer la polémique sur le comportement d’un dirigeant qui condamne son peuple au rationnement et aux pénuries d’une économie en ruines, mais qui profite sans se cacher des plaisirs que la société capitaliste réserve aux plus nantis. Un dîner chez Salt Bae coûte entre 100 à 200 euros » continue le quotidien français. Allant encore plus loin dans l’absurde incohérence entre le discours populiste et la réalité de la scène, le président Maduro a carrément salué le chef du restaurant en l’appelant « Camarade »...




Dans la même rubrique :
< >