Speedy Life
Actu

A partir de 105 ans, le risque de mourir baisse


Clarisse Rosius
Mercredi 4 Juillet 2018




Une étude publiée par la revue Science avance l’hypothèse selon laquelle le risque de mourir ne suit pas une courbe purement exponentielle. D’après des données démographiques italiennes lorsque l’on dépasse 105 ans, on a moins de chance de mourir dans l’année qu’auparavant.


Il y a quelque chose d’absurde dans les conclusions que l’on peut faire de cette étude publiée dans la revue Science. Des chercheurs en démographie italiens et américains expliquent en effet que le risque de mourir arrête d’augmenter à partir de 105 ans.

Pour mieux comprendre ce que les démographes expliquent il faut faire appel à son bon sens. C’est en effet par une logique toute bête que mathématiciens et démographes sont d’accord pour dire que plus les années passent plus le risque de mourir augmentent. Jusqu’ici donc il y avait une sorte de consensus autour de l’idée selon laquelle le risque de mourir fonctionne comme une courbe exponentielle : il augmente de plus en plus vite. « Il augmente même de façon importante. Ce modèle a servi aux démographes, mais aussi aux assureurs ou encore aux médecins travaillant sur la croissance des tumeurs. Pourtant, depuis quelques années, ce principe a été sérieusement remis en cause. Des biologistes ont en effet découvert que des levures, des vers ou encore des insectes ne semblaient pas suivre cette distribution. Qu’en était-il alors des humains ? » s’interroge Le Monde , qui a relevé en premier les conclusions de cette étude publiée par Science.

« Les scientifiques ont mis en évidence l’augmentation de la taille des cohortes au fur et à mesure que les années passaient, ce qui confirme la croissance du nombre de centenaires ou de super-centenaires (110 ans). Surtout, ils ont fait tourner leurs modèles pour interpréter les données observées. Ils concluent qu’à partir de 105 ans la probabilité de mourir dans l’année plafonne à 0,475.Autrement dit, à partir de cet âge, un vivant garde 47,5 % de chances de mourir dans les douze mois suivants. Son espérance de vie ne baisse plus chaque année, elle se stabilise à 1,55 ans » rapporte le quotidien français. Et si l’étude est basée uniquement sur l’Italie, elle n’en est pas moins fiable puisque le pays a mis en place un système qui oblige les mairies à signaler les morts après 105 ans qui sont dûment vérifiées.




Dans la même rubrique :
< >