Speedy Life
Actu

Abayas, clivage politique plus que d’opinion publique


Clarisse Rosius
Mercredi 6 Septembre 2023





Finalement, l’interdiction de porter les abayas à l’école n’a donné lieu qu’à 67 cas de personnes qui ont refusé de les enlever après que 298 se présentent avec. Signe que le bruit politique et médiatique est surtout causé par des motivations politiques.


Creative Commons - Pexels
Creative Commons - Pexels
C’est une rentrée sous le signe d’un habit.  Et pourtant les chiffres sont faibles. « Le lundi 4 septembre, jour de rentrée scolaire, 298 élèves se sont présentées à la porte de leurs lycées et collèges vêtues d’abayas, selon les chiffrés énoncés par Gabriel Attal. Après "une phase d’explication, de dialogue", 67 ont refusé de changer de tenue, a affirmé le ministre de l’Éducation nationale », rapporte L’Express.
 
Les statistiques montrent que le sujet a pris une place très importante dans le débat par rapport à ce qu’il représente. Et cela d’autant plus que malgré la prise de position très véhémente d’une partie de la gauche, leurs électeurs ou sympathisants n’ont pas du tout été choqués par cette interdiction. « Non seulement cette longue robe ample portée pour cacher les courbes féminines a, pour 70 % des Français, 69 % des sympathisants EELV, 71 % des sympathisants PS - et tout de même près de la moitié des sympathisants LFI (48 % précisément) -, tout à voir avec un vêtement religieux. Mais son interdiction dans les collèges et lycées est, en plus, souhaitée par 81 % des sondés. Pire, 58 % des électeurs LFI se déclarent favorables à cette décision, 73 % des électeurs socialistes et même 79 % des électeurs EELV ! », note le magazine.
 
Il faudra voir à l’avenir et avec d’autres enquêtes d’opinion si ce clivage à gauche a une influence. Ce qui est certain en revanche c’est que la position des personnalités de gauche consistant à dire que l’habit n’étant pas religieux n’est pas porté avec une visée religieuse ne convainc pas «Songer que la majorité de LFI ou d’EELV semble favorable à une école qui, selon le principe d’égalité, offre à tous ses élèves la possibilité de se forger un esprit éclairé et libre, sans qu’ils ne se sentent contraints par une pratique religieuse, fût-elle souhaitée, voilà qui doit bouleverser la façon de penser des cadres de ces partis. Quelle formidable nouvelle pour le débat public », appuie L’Express.
 
Lire ici en intégralité l’analyse de « L’Express »




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Avril 2024 - 14:00 Meta : son abonnement retoqué par l’UE