Speedy Life
Découverte

Aux Pays-Bas, un variant du VIH identifié par des chercheurs


Clarisse Rosius
Vendredi 4 Février 2022





Une étude publiée par Science et réalisée par des chercheurs d’Oxford confirment l’existence d’un variant du VIH identifié au Pays-Bas. Appelé VB, il est plus virulent et contagieux.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Désormais habitués à entendre parler de variants, on comprend mieux la portée de l’annonce. « La pandémie  de Covid-19 nous a appris quelque chose : à quel point les mutations peuvent modifier le visage d'un virus, le rendant à la fois plus virulent et plus contagieux, comme le fut le variant Delta  par rapport aux variants plus anciens. Ce phénomène ne concerne pas que le SARS-CoV-2. Les scientifiques de l'université d'Oxford confirment aujourd'hui l'existence d'un nouveau variant du VIHCette découverte est rapportée dans Science  », nous apprend Futura Sciences.
 
Le variant en question a été identifié chez une quinzaine de patients séropositifs résidants aux Pays-Bas. « Le nouveau variant, appelé variant VB, présente des caractéristiques différentes des autres souches de VIH. Les personnes infectées avec le variant VB ont une charge virale 3,5 à 5,5 fois plus élevée que les autres. Leurs lymphocytes T4 déclinent deux fois plus rapidement, les exposant au risque de développer le Sida bien plus tôt. Enfin, le variant VB semble aussi plus transmissible que les souches de VIH. Heureusement, il répond bien aux traitements antirétroviraux disponibles » lit-on plus loin. 
 
C’est dans le cadre du programme de recherche BEEHIVEE que ce variant a été identifié. Puis les recherches ont dépassé le cadre de ce projet en examinant « une cohorte de 6.700 patients infectés par le VIH, parmi laquelle 92 cas supplémentaires de variant VB ont été identifiés, portant le total à 109 cas uniquement aux Pays-Bas. En analysant le matériel génétique du variant VB, qui comporte beaucoup de mutations, les scientifiques de l'université d'Oxford pensent qu'il a émergé  aux Pays-Bas entre les années 1980-90. Il se serait alors rapidement propagé dans les années 2000, avant d'être ralenti par la généralisation des traitements antirétroviraux dans les années 2010. Le variant VB n'aurait pas émergé à cause des traitements, mais malgré leur utilisation générale. D'autres études sont nécessaires pour comprendre les origines de sa virulence et de sa transmissibilité accrues. » 
 
Lire en intégralité l’article de Futura Sciences




Dans la même rubrique :
< >