Speedy Life
Actu

Beach volley sans bikini : deux sportives allemandes boycottent un tournoi au Qatar


Clarisse Rosius
Mardi 23 Février 2021





L’interdiction de porter le bikini pour le tournoi international de beach volley du mois prochain au Qatar n’est pas du goût de Karla Borger et Julia Sude. Les deux sportives allemandes ont annoncé qu’elles boycottaient la compétition.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Un accroc dans la stratégie sportive du Qatar. Alors que le pays mise tout sur les compétitions sportives pour gagner en notoriété et renvoyer une bonne image, la publicité autour du tournoi international de beach volley n’est franchement pas bonne. « Le Qatar ayant interdit le port du bikini lors du tournoi international de beach volley qu'il organisera en mars, les Allemandes Karla Borger et Julia Sude ont annoncé qu'elles boycottaient la compétition.  Les Allemandes Karla Borger et Julia Sude ont annoncé qu'elles allaient boycotter un tournoi au Qatar, en raison de l'interdiction de porter un bikini sur le terrain. « Nous sommes là pour faire notre travail, mais on nous empêche de porter notre tenue de travail, a déclaré Borger, dimanche sur les ondes de la radio Deutschlandfunk. C'est vraiment le seul pays et le seul tournoi où un gouvernement nous dit comment faire notre travail. Nous critiquons cela. » » raconte L’Équipe.

Alors que le choix du pays pour ce sport en féminin interroge, c’est la Fédération internationale (FIVB) qui a fait passer la consigne. « Pour le tournoi de mars, les joueuses ont été invitées à porter des T-shirts et de longs pantalons plutôt que les maillots de bain échancrés habituels, une décision motivée selon la FIVB par « le respect de la culture et des traditions du pays hôte ». Dans le magazine Spiegel, Karla Borger a insisté sur le fait que si, en temps normal, elle était heureuse de « s'adapter à un pays », la chaleur extrême qui règne au Qatar rend nécessaire le port d'un bikini. Julia Sude a fait remarquer que le Qatar avait fait des exceptions pour les athlètes féminines lors des Mondiaux d'athlétisme à Doha en 2019 » continue le quotidien sportif. A jouer sa réputation sur des événements publics, l’émirat découvre les aléas du storytelling à l’épreuve de la réalité.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2024 - 08:33 Arnaque : le retour du colis « trop gros »