Speedy Life
Actu

« Bloody Sunday » : hommages pour le 50ème anniversaire de ce drame symbolique en Irlande


Clarisse Rosius
Lundi 31 Janvier 2022





Il y a un demi-siècle treize catholiques irlandais étaient tués par de soldats anglais. Un drame très symbolique en Irlande, à la hauteur des commémorations qui ont eu lieu hier.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le 30 janvier 1972 mourraient sous les balles de soldats parachutistes anglais treize personnes. Ils avaient pris part à une manifestation pacifique pour demander plus de droits pour l’Irlande. Le « Bloody Sunday » a été commémoré hier comme un des jours les plus sombres de l’histoire récente de l’Irlande. « Enfant roses blanches à la main en tête, le cortège avait rejoint un peu plus tôt le monument qui rend hommage aux victimes. Le premier ministre irlandais Micheal Martin est devenu le premier dirigeant de la République d'Irlande a se rendre à la cérémonie annuelle, où il a déposé une gerbe de fleurs, tout comme son ministre des Affaires étrangères Simon Coveney. Une deuxième marche est prévue dans l'après-midi, dans les rues de Derry - appellation que les habitants préfèrent au nom officiel de Londonderry, synonyme de domination britannique - pour arriver à l'heure où les parachutistes du premier bataillon avaient ouvert le feu sur les manifestants catholiques » raconte Le Figaro.

Et le quotidien de rappeler très justement que la mort de ces militants pacifiques avait eu pour effet principal de relancer l’IRA et de souffler sur les braises d’un conflit qui a duré jusqu’à 1998 et fait des centaines de victimes : « L'armée britannique avait affirmé que les parachutistes avaient répondu aux tirs de «terroristes» de l'IRA, version confortée par un rapport réalisé à la hâte dans les semaines suivantes. Malgré tous les témoignages contredisant cette version, il faudra attendre 2010 pour que soit officiellement reconnue l'innocence des victimes, atteintes pour certaines dans le dos ou même à terre, agitant un mouchoir blancÀ l’issue de l'enquête la plus longue - 12 ans - et la plus coûteuse qu'ait connue le Royaume-Uni (près de 200 millions de livres sterling, soit 240 millions d'euros au taux actuel), le Premier ministre de l'époque, David Cameron, avait présenté des excuses officielles pour ces actes «injustifiés et injustifiables» » . Un drame récent qui a toujours un goût amer puisqu’aucun procès ne s’est tenu du fait d’accords sur le traitement des exactions du conflit.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2024 - 08:33 Arnaque : le retour du colis « trop gros »