Speedy Life
Actu

C’est parti pour les radars roulant privées


Clarisse Rosius
Vendredi 20 Avril 2018




Lundi 23 avril, les cinq premières voitures-radars gérées par une société privée vont entrer en activité. Une révolution qui risque de faire grincer des dents, d’autant que le scandale des PV fictifs parisiens par un prestataire privé est encore bien frais dans les mémoires.


ILD
ILD
C’est parti pour les radars privés. Dans des mots bien plus policés, c’est bien ce que le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, est venu déclarer à Evreux dans l’Eure. « A partir du lundi 23 avril 2018, cinq voitures-radar, conduites par des chauffeurs d'une société privée, circuleront sur les routes de l'Eure. Le dispositif était en test dans l'Eure depuis le mois de février 2017 » annonce France Bleu Normandie. En quatorze mois, 50 000 kilomètres ont été parcourus en 900 heures de conduite pour tester le système. L’autorité de l’Etat estime que les tests sont concluants et qu’il est temps de passer en grandeur nature.

« Jusqu'à présent, policiers ou gendarmes roulaient environ 90 minutes par jour, avec deux personnes à bord, un conducteur et son passager avec une tablette qui devait régler le radar sur sa tablette en fonction de la vitesse autorisée. Désormais, avec l'externalisation, un seul chauffeur privé est nécessaire, il  conduira huit heures par jour, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 » continue la radio.

« Les trajets à effectuer sont choisis par la préfecture et "aucune portion de route ne sera épargnée", prévient le préfet de l'Eure, Thierry Couderc, qui a fait de la sécurité routière un de ses chevaux de bataille.  En cas d'excès de vitesse, ni le chauffeur de la voiture-radar, ni le conducteur qui a commis l'infraction, n'est informé. Aucun signal n'avertit le conducteur que son véhicule a été flashé. Le chauffeur dans sa voiture-radar est averti par le GPS qu'il rentre dans une zone de contrôle, et il active alors le radar à l'aide d'un boitier situé sur le tableau de bord. Il le désactive ensuite en sortant de la zone de contrôle » raconte France Bleu

Lire ici en intégralité le reportage de France Bleu Normandie