Speedy Life
Actu

Crise sanitaire : la solidarité envers les personnels en première ligne ne se dément pas


La Rédaction
Mercredi 11 Novembre 2020





​Face à la pandémie qui frappe le monde et la France, ils sont le premier rempart. Eux, ce sont les soignants. Sursollicités, mal équipés, en sous-effectif, ils ont pourtant travaillé, et travaillent toujours sans relâche, pour sauver la vie des malades les plus atteints. Un dévouement qui a touché citoyens et entreprises lesquels ont été nombreux à se mobiliser pour les aider, chacun à leur niveau.


Lors du premier confinement, chaque soir, à vingt heures, le rituel était immuable : des millions de Français se mettaient à leur fenêtre pour applaudir le personnel soignant, en première ligne dans la lutte contre l’épidémie de COVID 19. Un geste symbolique, certes, mais qui montrait le soutien de toute une population à tous ces professionnels de santé qui ont sauvé des milliers de vie, parfois au péril de la leur. Mais au-delà de cet acte symbolique, de nombreux Français ont apporté une aide plus concrète, à travers des initiatives citoyennes : fabrication de masques, distribution de repas, hébergement de soignants à proximité de leur hôpital… Un élan de solidarité auquel se sont associés de nombreuses entreprises de toutes tailles et dans des secteurs très divers.
 
Du matériel pour parer au plus pressé lors de la première vague
 
La première vague de l’épidémie a mis en lumière le manque criant de moyens dans nos hôpitaux. Masques, blouses, surchemises, gants, gel hydroalcoolique, tous les stocks ont été épuisés très rapidement dans tous les établissements qui ont dû faire face à un afflux inhabituel de patients. Fort heureusement, pour pallier ces pénuries, les personnels hospitaliers ont reçu l’aide de nombreuses entreprises. Ainsi, le groupe LVMH a adapté ses usines de production des parfums Christian Dior, Givenchy et Guerlain pour produire 12000 litres de gel hydroalcoolique par semaine et les distribuer gratuitement dans les hôpitaux. Une initiative loin d’être isolée dans le secteur des cosmétiques puisque le groupe L’Oréal a également transformé plusieurs de ses usines en unités de production de gel hydroalcoolique afin d’en faire don aux professionnels de santé, tout comme le groupe Clarins d’ailleurs. L’industrie automobile aussi s’est mobilisée pour venir en aide au personnel soignant. En Alsace, le groupe français d'ingénierie et de production d'équipements automobiles Faurecia a fait don de 100000 masques chirurgicaux aux hôpitaux de Colmar. A Cholet, dans le Maine-et-Loir, c’est l’entreprise Michelin qui a fait don de 10000 masques au centre hospitalier de la ville. Quant au groupe PSA, il a fait don de 25000 masques, mais aussi de gants, de lunettes et de blouses à plusieurs centres hospitaliers de l’Est de la France.
 
Cette générosité n’est pas l’apanage des grands groupes. En Haute-Loire, IPS, une entreprise de 115 salariés spécialisée dans l’emballage industriel, s’est associée avec cinq autres petites sociétés de dix à vingt salariés pour concevoir et produire une surblouse en matière plastique qui répond aux exigences imposées pour protéger le personnel soignant face au virus. Si elles ne peuvent pas en faire don aux hôpitaux car elles doivent malgré tout couvrir les frais engendrés par cette nouvelle activité, les six entreprises vendent leurs surblouses dix fois moins cher que celles venues de Chine et surtout, elles se sont engagées à ne pas augmenter les prix par opportunisme. Et quand elles ne peuvent pas apporter leur soutien matériel, certaines PME font tout simplement un don financier. A Toulouse, Espace Façades, une petite entreprise familiale spécialisée dans la rénovation de façades, a fait don de 7500€ aux hôpitaux de la ville. « Je me suis dit que je devais aider comme je pouvais le corps médical en plus d’avoir applaudi tous les soirs », explique Kevin Badia, le généreux directeur d’Espace Façades.
 
Des initiatives bienvenues et renouvelées hors de l’hôpital
 
Parce que les infirmières, les médecins, les aides-soignants et tous les autres professionnels de santé ont une vie en dehors de l’hôpital, d’autres entreprises ont pris des initiatives afin de leur faciliter l’existence, ou tout simplement de leur apporter un peu de réconfort dans cette période ô combien compliquée pour tous. Ainsi, plus de 500 hôtels répartis dans toute la France ont proposé d’héberger gratuitement le personnel soignant pour éviter à ceux qui résident loin de l’établissement où ils travaillent de longs trajets effectués sous la menace de l’épuisement. Pour tous ceux qui ne trouvent pas une chambre grâce à ce dispositif et qui doivent chaque jour prendre la route pour aller travailler, Vinci autoroutes a mis en place un dispositif de gratuité aux péages pour les soignants. Une initiative déjà mise en œuvre du 17 mars au 10 juillet dernier qui a été reconduite après l’annonce du second confinement le 28 octobre dernier. Par ailleurs, la société concessionnaire s’est engagée à garantir la continuité de l’offre de service sur les aires et à maintenir les restaurants d’autoroutes, les stations-essence, les douches et les sanitaires ouverts pour les transporteurs routiers, chainon indispensable en matière d’approvisionnement. Le tout dans le strict respect des recommandations sanitaires bien sûr.
 
De nombreux métiers de bouche se sont d’ailleurs spontanément mobilisés pour nourrir et apporter un peu de réconfort aux professionnels de santé. Ainsi, avec l’opération « à table les soignants !  », lancée le 12 juin dernier, près d’une centaine de restaurants étoilés offrent « Un repas pour dire merci » aux professionnels de santé comme le dit joliment le slogan de cette initiative solidaire. Tout aussi généreux, à Metz, Saint-Malo, Lyon, Carcassonne, Bourges, La Roche-sur-Yon, Limoges, Nantes, Vierzon et un peu partout en France, de nombreux franchisés Domino’s Pizza ont offert des pizzas au personnel hospitalier.
 
Dans le même ordre d’idée, les 23 points de vente de l’enseigne Pizza Cosy ont distribué 2000 pizzas   à tous ceux qui se sont mobilisés pour lutter contre le coronavirus en gage de leur soutien. Localement aussi, de petits commerçants ont, à leur mesure, tenu à apporter leur contribution à ce vaste élan de solidarité comme Mohammed Bais, un boulanger rouennais qui a offert des petits-déjeuners aux soignants ou Baptiste Dupont, patron d’une épicerie fine italienne d’Argentan qui a livré 300 colis contenant des pâtes, de la charcuterie, du fromage et un dessert au centre hospitalier de sa ville. Ces initiatives personnelles sont tellement nombreuses aux quatre coins de l’Hexagone qu’il est malheureusement impossible de toutes les citer, mais elles témoignent à coup sûr de la générosité et de la solidarité formidables dont fait preuve une large majorité de Français face à la crise sanitaire et économique que notre pays traverse actuellement.
 




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2024 - 08:33 Arnaque : le retour du colis « trop gros »