Speedy Life
Actu

Dix-huit mois requis contre une éleveuse qui a mis le feu à un chien


Clarisse Rosius
Mercredi 5 Septembre 2018




Le procès d’une éleveuse de chien qui a mis le feu au berger allemand de son compagnon a déchaine les passions et les militants pour la protection des animaux. De la prison ferme et du sursis ont été requis par le substitut du procureur malgré la défense de l’éleveuse qui a fait valoir la fragilité psychologique de l’accusée.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
De la prison ferme et du sursis. Le substitut du procureur a requis une peine de dix-huit mois d’emprisonnement dont la moitié de ferme pour avoir mis le feu à une chien. La réquisition devant le tribunal correctionnel de Chalon-sur-Saône a été très suivie notamment par l’agitation médiatique suscitée par les défenseurs des droits de l’homme. « Dix-huit mois d’emprisonnement dont la moitié avec sursis ont été requis lundi contre une éleveuse de chiens qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Chalon-sur-Saône pour avoir aspergé d’essence et brûlé le berger allemand de son compagnon. Une mise à l’épreuve avec obligation de soins a également été requise lors de ce procès pour "cruauté et acte de barbarie envers un animal" qui a mobilisé les défenseurs des animaux. La substitut du procureur a expliqué demander "une peine mixte, pour prévenir l’avenir, avec un emprisonnement ferme" car "il y a bien eu acte de cruauté et la prévenue a reconnu les faits" » raconte Sud Ouest.

La défense de l’éleveuse n’a pas convaincu le parquet en mettant en avant des troubles psychologiques chez l’accusée avec notamment une tentative de suicide l’an dernier. « Elle a expliqué avoir développé une phobie envers ce chien qui se montrait "toujours agressif avec elle. Je voulais qu’il parte". Elle a ajouté s’être fait mordre plusieurs fois, ce que conteste son ex-conjoint »"C’est un acte atroce, horrible qui n’est pas contesté par ma cliente", a déclaré son avocate Me Anne-Charlotte Charrier mais il faut prendre en compte la personnalité fragilisée de ma cliente". Cette dernière a fait une tentative de suicide l’an dernier et est suivie par un psychologue. Elle a par ailleurs reçu des menaces de mort après la mort du berger allemand » rapporte le quotidien local.