Speedy Life
Actu

Données des mineurs : YouTube va payer jusqu’à 200 millions de dollars d’amende


Clarisse Rosius
Mardi 10 Septembre 2019





Les autorités de régulations américaines reprochent à YouTube d’avoir collecté illégalement les données personnelles des mineurs. La justice doit désormais valider l’accord entre l’agence de régulation du pays et Google pour éviter procès.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
YouTube, et donc la maison mère Google, pourraient éviter de justesse le procès en réglant une amende d’un maximum de 200 millions de dollars. « L'annonce de la Federal Trade Commission (FTC) devrait être publiée dans les jours à venir : jusque-là, l'information provient d'un proche de l'affaire ayant fait des déclarations au journal Politico. Celles-ci confirment des rumeurs déjà relayées par le Washington Post  le mois dernier. Ainsi, il ne resterait plus qu'à obtenir une validation de la justice pour l'accord conclu entre Google et la FTC. Si celui-ci est effectivement appliqué, il s'agirait d'une situation inédite en ce qui concerne la vie privée d'enfants » nous apprend Clubic.com.
 
Cet accord, s’il venait à être validé par la justice, serait la conclusion d’une plainte déposée par des association au printemps 2018. Ces dernières estimaient que le site de vidéos récoltait les données personnelles des mineurs sans demander l’autorisation de leurs responsables légaux. Le tout comme d’habitude pour obtenir des données qui permettent de resserrer les cibles pour les publicités, manne essentielle pour YouTube. « Pourtant, comme pour Facebook, l'amende infligée à Google, qui doit être comprise entre 150 et 200 millions de dollars, ne satisfait pas tout le monde. Dans le cas de Facebook, cela représente le tiers du bénéfice réalisé par le réseau social au premier trimestre 2019. En ce qui concerne Google et YouTube, l'amende, aussi conséquente soit-elle, correspondrait aux bénéfices engrangés en deux à trois mois par YouTube grâce à la publicité » continue le site français spécialisé.

Le chiffre semble dérisoire à certains plaignants qui estiment que ce n’est rien en comparaison du chiffre d’affaires de Google. Sans punitions qui feront perdre le goût de la resquille aux géants du web, ce type de sanctions continueront à faire épisodiquement la une des journaux sans que cela ne remette en question les modèles économiques basés sur l’exploitation des données personnelles.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Novembre 2019 - 08:27 Paris : une exposition aux couleurs de la Corée