Speedy Life
Actu

Elections européennes : le dispositif anti « Fake News » de Facebook sous surveillance


Clarisse Rosius
Mardi 7 Mai 2019





Le 23 mai prochain Facebook devra passer l’épreuve du feu en démontrant sa capacité à lutter contre les fausses nouvelles pendant les périodes électorales. Les élections européennes sont identifiées comme l’occasion de démontrer sa bonne foi en la matière.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Les partis politiques ne seront pas les seuls à être jugés sur leur performance à l’issu des élections européennes. « Facebook espère faire des élections européennes du 23 mai un exemple de ses capacités de lutte contre les fake news. Une quarantaine d'employés sont mobilisés pour surveiller le réseau social depuis Dublin » nous apprend La Tribune .
 
Les derniers scrutins très médiatisés aux Etats-Unis surtout, mais aussi en France, ont été la source de beaucoup de critiques pour le réseau social. Montré du doigt comme le principal outil de déstabilisation avec la diffusion endémique de fausses nouvelles, Facebook veut se racheter une nouvelle virginité. « Peut-être l'avez-vous déjà vue, Facebook se paye en ce moment une campagne de publicité vidéo en pre-roll pour vanter son action contre les fake news. Le réseau social souhaite faire des élections européennes un exemple vertueux de sa lutte contre la propagation de fausses informations. La panoplie de disposition annoncée est large : blocages de faux comptes, réductions des flux de fake news ou encore nouvelle politique de transparence sur la publicité politique » lit-on plus loin.
 
Un groupe a ainsi été constitué avec pour mission officielle de repérer les discussions publiques qui s’apparentent à des tentatives de désinformation. Ils devront notamment repérer rapidement des publications qui se répandent comme trainée de poudre. « L'entreprise s'est assurée que les 24 langues officielles de l'Union européenne soient parlées au sein de cette war room. Pour chapeauter le dispositif, le groupe californien a fait venir Lexy Sturdy, en charge d'un exercice similaire pour les élections américaines de mi-mandat. Le réseau social comptera aussi sur l'appui d'experts en cybersécurité, data scientist, chercheurs et ingénieurs d'une entreprise partenaire. Ce dispositif exceptionnel viendra en deuxième rideau derrière l'habituelle détection automatique opérée par l'IA, et en compléments d'un ensemble de décisions amorcées à l'été 2018 » précise La Tribune.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Novembre 2019 - 08:27 Paris : une exposition aux couleurs de la Corée