Speedy Life
Tendances

En 2015, les Français ont mangé 1,19 milliard de burgers


Clarisse Rosius
Jeudi 6 Octobre 2016




Les burgers continuent à se développer en France. Loin d’être la chasse gardée des fast food, ils deviennent une habitude de plus en plus intégrée dans les réflexes culinaires français. En 2015, nous avons mangé 1,19 milliard de burgers, soit un burger pour deux autres sandwichs traditionnels.


Le burger est devenu une habitude française. Ce n’est plus une petite parenthèse américaine ou exotique à laquelle les Français cèdent une fois de temps en temps pour changer. En 2015, d’après une enquête du cabinet Gira Conseil, les Français ont mangé 1,19 milliard de burgers alors que 75% des 145 000 restaurants du pays en propose. Le chiffre est impressionnant et avance une croissance de 11,2% par rapport à 2014.

« Pour quantifier le phénomène, le cabinet Gira Conseil publie dans le cadre du salon ÉquipHotel et pour la première fois, un «indice burger», révélant un prix moyen de 11,58 euros. Le plus cher est à Paris, et le moins cher à Orléans. Si en restauration rapide, un burger vaut 5,73 euros en moyenne, il ressort à 20,76 euros dans les restaurants gastronomiques » avance Le Figaro .

Difficile encore de savoir s’il s’agit d’un effet de mode, d’une pratique pérenne ou des effets de la mondialisation culinaire. Toujours est-il que le burger a perdu son image de malbouffe ou de produits bas de gamme proposé par des fast food. « Le burger représente 30 % des repas consommés en restauration commerciale et il dame le pion au sandwich. En 2000, les Français consommaient seulement un burger pour neuf jambon-beurre! En 2015, le rapport était de un pour deux. Le burger est même devenu le plat leader dans les restaurants qui le proposent, devançant deux grands classiques de la cuisine française, le steak frites et la blanquette de veau » avance le quotidien.

Il ne faut cependant pas en conclure que les burgers menacent le patrimoine culinaire de la France. Il suffit d’observer la réaction d’un étranger de passage lorsqu’on lui propose de gouter des recettes au comté, bleu ou aux morilles tout en lui faisant comprendre qu’il est plus poli de les manger avec des couverts.