Speedy Life
Culture(s)

Eva, à la folie


Jeudi 3 Septembre 2015





Grand roman de cette Rentrée 2015, « Eva » de Simon Liberati est une magnifique déclaration d’amour de l’auteur à Eva Ionesco. Avant de l’épouser, elle fût longtemps pour lui, une muse diffuse, une source d’inspiration inconsciente.


Simon Liberati
Simon Liberati
Dans les années 70, le magazine allemand Der Spiegel publie en une, une photo d’Eva Ionesco enfant, nue, à l’exception de quelques artifices, bas, mitaines et bijoux. Ce qui valu à la petite fille, malgré elle, de devenir une sorte de muse pour pédophile. Dès quatre ans, elle fut utilisée par sa mère, la photographe Irina Ionesco, comme un objet de désir. Cet épisode autobiographique, comme d’autres, est raconté dans le magnifique roman que Simon Liberati consacre à sa femme Eva Ionesco. Avant de l'épouser, à cinquante ans, l’écrivain français a longtemps été fasciné par ces enfants perdus, ces fées aux ailes trop tôt brisées. Quand elle a treize ans, il croise d’ailleurs Eva Ionesco à la sortie du Palace. Une drôle de rencontre qui lui laissera une empreinte vive. Jusqu’à la recroiser des années plus tard, l’épouser et en faire ce très beau personnage de roman.
 
« Un soir de l'hiver 1979, quelque part dans Paris, j'ai croisé une femme de treize ans dont la réputation était alors terrible. Vingt-cinq ans plus tard, elle m'inspira mon premier roman sans que je ne sache plus rien d'elle qu'une photo de paparazzi. Bien plus tard encore, c'est elle qui me retrouva à un détour de ma vie où je m'étais égaré. C'est elle la petite fée surgie de l'arrière monde qui m'a sauvé du labyrinthe et redonné une dernière fois l'élan d'aimer », écrit Simon Liberati. Lorsque le narrateur rencontre Eva, il voit en elle, « une sirène, un monstre chéri, une âme-sœur, une lycéenne sensuelle, une Justine de Sade et un enfant d'autrefois. » Si elle est tant de femmes à la fois, ne serait-ce pas parce que son enfance, justement, s'est arrêtée sous l'œil dévoyé de sa mère ?
 
Ce livre est à la fois une histoire d’amour, une réflexion philosophique sur les enfants qui se perdent, sur la corruption, le portrait d’une femme polymorphe et d’une époque révolue, celle du Palace à Paris, du Studio 54 à New York, d’une liberté, voire  d’une permissivité choquante. C’est surtout l’histoire d’une rédemption, d’une reconstruction, celle d’Eva, qui a survécu pour connaître un amour infini adulte, celui qui l’unit à Simon Liberati. C’est la rencontre de l’auteur avec une femme qui est aussi un personnage de roman, un genre de fille du diable qui est devenue un être moral, après avoir été une adolescente démoniaque.
 
Plus que dresser le portrait d’Eva Ionesco, petite fille corrompue, le roman de Liberati est une troublante histoire d’amour à double face, et d’une grande pudeur. Un très beau récit croisé, celui de l’auteur, depuis longtemps fasciné par les Lolita. Ils ont sans le savoir, des connaissances communes et lui, une obsession déjà inconsciente pour cet être étrange qui a vécu 1 000 vies, photographiée avec Salvador Dali, placée à la DDASS, fuguant, droguée à 11 ans, ayant connu ses premières expériences sexuelles à 10 ans... Quand, vers 50 ans, Simon Liberati recroise Eva Ionesco, ils ne se quitteront plus, se mariant, vivant une immense passion, comme si Simon Liberati avait enfin trouvé « la femme  ».
 
Eva, Simon LIberati, (Stock, 288 pages).




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 25 Février 2019 - 11:22 Les Césars 2019 font un bide historique