Speedy Life
Actu

Femmes obligées de talons au travail, les Japonaises se rebiffent


Clarisse Rosius
Vendredi 7 Juin 2019





Un ministre japonais a créé un taulé en assurant que les talons étaient une nécessité pour les femmes au travail. Un petit vent de colère avec pétition et protestation sur Twitter milite pour que les femmes japonaises puissent – à l’image des hommes – porter aussi des tenus décontractées au travail.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Le ministre de la Santé, du travail et des affaires sociales du Japon est la cible de nombreuses femmes au Japon. Alors qu’il  parlait des tenues au travail, il a affirmé que pour les femmes il était nécessaire et normal de porter des talons. « C’est quelque chose qui est socialement accepté et qui tombe dans le domaine de ce qui est professionnellement nécessaire et approprié », a-t-il dit.

« Le ministre réagissait à un vent de révolte de la part des Japonaises contre l’obligation de porter des escarpins au travail. Depuis février dernier, plusieurs personnalités du pays ont exprimé leur soutien à la jeune comédienne et hôtesse d’accueil, Yumi Ishikawa, à l’origine d’une pétition dénonçant ce phénomène. Signée par 19.000 personnes, cette campagne en ligne, déclarant la guerre aux talons forcés, est baptisée #KuToo. Ce hashtag japonais est un mélange entre «kutsu» (chaussure), «kutsuu» (douleur) et la référence au mouvement #MeToo. Plusieurs femmes ont publié sur les réseaux sociaux des photos de leurs pieds meurtris après une journée de travail dans des chaussures inconfortables » contextualise Le Figaro.
 
Le mouvement est né d’une pétition qui veut interdire les sociétés d’obliger les femmes  porter des talons, assurant qu’il s’agissait d’une « discrimination sexuelle et constitue un harcèlement», d’après l’instigatrice du texte. « Les supportrices du mouvement #KuToo racontent que les règlements internes des entreprises et administrations ne forcent pas explicitement les femmes à porter des talons. Mais, la pression des responsables hiérarchiques est omniprésente et empêche toute tenue décontractée. L’uniformité pèse. Les jeunes salariées portent généralement un ensemble bleu marine, un chemisier blanc, des coupes de cheveux similaires ainsi que des escarpins noirs. Les hommes, qui ont déterminé ces codes de beauté exigeants, n’en font pas les frais. Ils peuvent porter des accoutrements moins douloureux et confortables » précise le quotidien français.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 30 Juillet 2019 - 16:53 Pas d'âge pour travailler à l'étranger