Speedy Life
Culture(s)

Glottophobie : moquer l’autre à sa façon de parler


Vendredi 20 Mai 2016





Qu’est-ce que la glottophobie ? La manie de juger les gens selon leur manière de s’exprimer. Pour la première fois, un essai fait le point sur cette pratique.


Glottophobie : moquer l’autre à sa façon de parler
Accent, formulation, vocable… Quoi que l’on en dise, on a la fâcheuse habitude de juger son prochain sur sa façon de parler. Cette manie s’appelle la « glottophobie » et fait l’objet d’un essai du sociolinguiste Philippe Blanchet, Discriminations : combattre la glottophobie, paru aux Éditions Textuel. Attention, l’essai est du genre ultra pointu avec des entrées comme « Demande sociale et mise en œuvre d’une glottopolitique autogestionnaire de la pluralité. » Technique donc, mais intéressant.
 
Dans la pratique, la glottophobie, est la discrimination par le langage. Autrement dit, le fait de mal de juger son prochain à sa façon de parler. Même, le professeur de sociolinguistique à l’université Rennes 2 va plus loin, en déclarant dans Elle, « la glottophobie, c’est le nouveau racisme. » Mazette. En plus, pour la diversité et la richesse de la langue française, être glottophobe, c’est carrément une perte, ça craint.
 
Car la langue française, se nourrit aussi de tous ces parlers différents, populaires, bourgeois, bobo, régionaux, sociaux-pro. Et Elle, de citer le parler Wesh : « chui saucé », « blédard » et autre « chiller ». Soit le langage d’une majorité de moins de trente ans, pas exclusivement cantonnés à leur cité. Le parler du Midi aussi avec ses accents chantants, est dans le collimateur de certains. Avec ses rascasses et autre « on craint dégun » qui d’ailleurs vient de faire son entrée dans Le Petit Robert, il est souvent moqué. Et pourtant, il faut de tout pour faire un monde.
 
C’est la thèse défendue par le spécialiste de la diversité linguistique dans le monde francophone et expert en politique linguistique et éducative, Philippe Blanchet. Son livre sortit au mois de janvier dernier, est le premier du genre à dénoncer la glottophobie, la discrimination par le langage. Au-delà de l’anecdote, l'auteur souligne à quel point le langage est dans notre société, un instrument de pouvoir puissant et méconnu.
 
Aujourd’hui pourtant, accents et tournures langagières sont les cibles d’une discrimination généralisée. « Rejeter une personne pour sa façon de parler, c’est la même chose que la rejeter pour sa religion, la couleur de sa peau ou son orientation sexuelle, autant de discriminations punies par la loi en France », avance le chercheur.
 
Pourtant, les discriminations fondées sur la langue sont ignorées alors qu’elles affectent des milliers de personnes, méprisées ou rejetées pour leur accent ou leur vocabulaire. La domination s’exerce en effet aussi par le langage. Les « élites » imposent leur manière de parler comme la seule légitime.
 
Le livre donne un nom à ces discriminations linguistiques, et attire l’attention sur leurs conséquences humaines et sociales, profondes et massives. Linguiste, son auteur démonte, exemples à l’appui, les mécanismes de la glottophobie pour mieux la révéler, la dénoncer et ainsi la combattre. Parce qu'au final, « on craint dégun ».
 
Discriminations : combattre la glottophobie, Philippe Blanchet (Textuel).




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 25 Février 2019 - 11:22 Les Césars 2019 font un bide historique