Speedy Life
Actu

Jeux Olympiques et dopages : la Russie privée de compétition jusqu’en 2024


Clarisse Rosius
Vendredi 18 Décembre 2020





La Russie, traditionnelle prétendant à de nombreuses médailles olympiques va être privée durant deux années de compétitions internationales, incluant deux JO. Une sanction exceptionnelle face à un système de triche tout aussi exceptionnel.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Espions, politiques et sportifs à la manette d’une véritable stratégie de dopage. Le scénario digne d’un film a marqué les esprits et appelait à une sanction inédite. C’est désormais chose faite et la Russie est exclue de deux années de grandes compétitions internationales, a décidé jeudi 17 décembre le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Deux JO sont concernés par cette décision. « Elle pourra toutefois faire son retour aux Jeux de Paris en 2024, contrairement à ce que réclamait l’Agence mondiale antidopage (AMA), qui exigeait une suspension de quatre ans. Cette dernière s’est néanmoins dite « heureuse d’avoir remporté cette affaire qui fera date », selon son président, Witold Banka, à Montréal. A Tokyo (2021, Jeux d’été) et Pékin (2022, Jeux d’hiver), seuls pourront concourir, sous bannière neutre, les sportifs russes qui démontreront leur absence de recours au dopage. Le comité olympique russe s’est quant à lui déclaré satisfait que les sportifs russes ne soient pas bannis « collectivement » des Jeux olympiques. Il a en revanche jugé « inacceptable » la décision du TAS d’interdire au président Vladimir Poutine d’assister pour deux ans aux grandes compétitions internationales, selon les termes de son président, Stanislav Pozdniakov, lors d’une conférence de presse » raconte Le Monde.

La décision est d’ordre politique et vise à ne pas sanctionner les sportifs. Ainsi les athlètes russes pourront participer mais ce ne sera pas au bénéfice de leur pays. Un drôle de positionnement qui s’explique notamment par le fait que de nombreux éléments ont montré qu’il s’agissait de véritables opérations. « Le contentieux russe dure depuis 2010, implique les services secrets et le ministère russe des sports, et a attisé les tensions entre Moscou et les instances sportives perçues comme des instruments de domination occidentale. « On empêche, par des moyens pas très sportifs, nos athlètes d’atteindre les succès qu’ils méritent », lançait encore Vladimir Poutine en octobre ».




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2024 - 08:33 Arnaque : le retour du colis « trop gros »