Speedy Life
Actu

Juliette Gréco, déjà dans l’histoire elle entre dans la postérité


Clarisse Rosius
Jeudi 24 Septembre 2020





La chanteuse et actrice Juliette Gréco vient de mourir. C’est un monument de l’art qui s’en va, celle qui a connu les plus grands depuis la fin des années 1940.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
En noir et blanc, jeune fille, Juliette Greco touche l’épaule du mythique pianiste américain Duke Ellington. En arrière-plan de cette photo de 1948, exhumée par Le Monde dans la nécrologie, on aperçoit Boris Vian. Par ce cliché, on saisit ce que signifie la mort de la chanteuse et actrice à 93 ans. Ancienne compagne de Michel Picoli, lui aussi mort cette année, amie de Jacques Brel, la jeune fille fréquent le petit milieu artistique dont elle n’est pourtant pas issue.

« Gréco entreprend de refaire son éducation dans les bistrots de Saint-Germain. C’est au bar du Montana qu’elle croise pour la première fois Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, à la Rhumerie martiniquaise qu’elle discute avec Albert Camus, et au bar du Pont-Royal, avec Maurice Merleau-Ponty. Elle partage une chambre d’hôtel avec Charlotte, vivant des mandats expédiés par sa mère, qui cesseront de lui parvenir quand sa sœur se marie. Elle collabore avec Jean Tardieu, qui présente une émission de radio consacrée à la poésie, tard dans la nuit. Elle s’essaie aux petits boulots, on lui refuse les travaux de ménage, elle s’installe dans un hôtel de la rue de Seine, La Louisiane, et rencontre le metteur en scène Michel de Ré, qui lui offre un rôle dans la pièce de Roger Vitrac, Victor ou les enfants au pouvoir (âgée de 19 ans, elle tient le rôle d’une mère de 30 ans) » raconte Le Monde.

Incarnant la génération insouciante de l’après-guerre, Juliette Greco provoque son époque tout en restant dans le conformisme de la mode de de Saint Germain des près : « le 3 mai 1947 en une de l’hebdomadaire Samedi-Soir : on voit la nouvelle égérie du Tabou discutant avec Roger Vadim à l’entrée du cabaret. L’article explique comment vivent les « troglodytes » de Saint-Germain et développe le concept d’existentialisme : « Le mot est lâché, et comme un animal sauvage commence sa course folle à la recherche de sa véritable identité », écrit-elle dans Jujube. Puis, c’est au tour de l’hebdomadaire Dimanche-Soir de livrer aux lecteurs une photo, où Gréco apparaît allongée aux côtés d’Annabel Buffet. Petit parfum de scandale, magnétisme personnel, amitiés solides : l’idée de la rébellion et de la liberté des mœurs selon Gréco est lancée » lit-on plus loin.

Lire en intégralité la nécrologie publiée par le journal « Le Monde »





Rss

Les News