Speedy Life
Lifestyle

L’Éloge du « Slow »


Mardi 2 Décembre 2014




En réponse à la société sur-connectée qui est la notre, celle de l’immédiateté et de la vitesse, le mouvement « Slow » tisse sa toile.


L’Éloge du « Slow »
« Et si vous ralentissiez ? » Il y a quelques années, c’est en ces termes que le journaliste canadien Carl Honoré a fait sauter sa petite bombe : son best-seller planétaire, L’Éloge de la lenteur * nous rappelait nos priorités. À l’époque, le Financial Time s’était même fendu d’un : « Le livre est au Slow, ce que Le Capital est au communisme. » Aujourd’hui, le mouvement Slow poursuit son chemin. À l’image de la télévision escargot, le film Tokyo Reverse est devenu culte : ou comment, neuf heures d’affilée, un jeune homme déambule face caméra à Tokyo. Le monde autour de lui, défile à l'envers. Hypnotique. Hypnotique comme le nouveau dada des ados : regarder des films ou des vidéos en slow motion. Un exemple, sur YouTube, les vidéos de The Slow Mo Guys montrant des fruits explosant au ralenti, ont déjà été vues 330 millions de fois. La Slow TV est née.
 
Le mouvement Slow, lui, voit le jour en Italie en 1986. À Rome, son initiateur, Carlo Petrini s’oppose à l’ouverture d’un restaurant McDonald’s. Dans la foulée, la Slow Food ou comment manger frais, local et de saison, apparaît. Une « notion très civilisée selon laquelle tout ce que nous mangeons devrait être cultivé, cuisiné et consommé tranquillement », expliquait Carl Honoré à L’Express au moment de la sortie de son livre. Depuis, le Slow, en réaction à l’immédiatement et à la vitesse dans lesquelles nous vivons, se décline sous toutes les coutures. On a vu le slow ski. Comme son nom l’indique, des pistes sont réservées aux skieurs souhaitant prendre leur temps. Le slow sexe, ou concevoir l’acte sexuel « en conscience », écrit Alix Girod de l’Ain dans Elle, la slow fashion, les slow media
 
Le mouvement Slow est un refus de la vitesse sous toutes ses formes. Un antidote contre les « drogués de l'activité » comme les appelle Carl Honoré. Aujourd’hui « nous vivons dans une culture de consommation (...) nous brûlons d'accumuler autant de biens et d'expériences que possible. » Contre cette dictature, le mot d’ordre est de ralentir. Mieux, même, « il faut retrouver sa tortue intérieure. » Ça, c'est du slow concept.
 
* L’Éloge de la lenteur, Carl Honoré (Marabout).

L’Éloge du « Slow »




Dans la même rubrique :
< >