Speedy Life
Actu

L’ancien VP Facebook qui interdit le réseau social à ses enfants


Clarisse Rosius
Jeudi 14 Décembre 2017




Chamath Palihapitiya, ancien Vice-président chargé de l’audience de Facebook qualifie de « merde » le réseau social qu’il connait depuis les coulisses. Pour lui le réseau social est nocif et il interdit même à ses enfants de l’utiliser.


ILD
ILD
Si c’est lui qui le dit, alors ça mérite d’être écoute. Chamath Palihapitiya n’était pas un simple employé de Facebook mais a occupé de hautes responsabilités puisqu’il a été vice-président chargé de la croissance de l’audience du réseau social. Un poste clé qui l’a positionné au cœur de la stratégie du groupe. Rentré en 2007, il est parti fâché contre le système Facebook. A tel point qu’il explique à qui veut l’entendre qu’il interdit à ses enfants d’utiliser le réseau social qu’il estime nocif.
 
A l’occasion d’un débat organisé par la prestigieuse université de Stanford, il a même qualifié le réseau de « merde », expliquant qu’il l’utilisait au minimum. S’appuyant sur des propos publiés d’abord par le site Quartz, France Info rapporte que « D'après lui, les réseaux sociaux "sapent les fondamentaux du comportement des gens". "Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social", juge-t-il aujourd'hui, en faisant part de "son immense culpabilité",(…) Plus largement, il dénonce aujourd'hui l'écosystème des médias sociaux, basés sur les pouces, les cœurs et les goûts, lesquels créent "des boucles fonctionnant sur la dopamine". Avant de se montrer plus nuancé, quelques minutes plus tard, en estimant que Facebook faisait "majoritairement du bien dans le monde". »

C’est une manière de communiqué qui rend fou. Aveugle est celui qui ne s’en rend pas compte mille fois par jour. Avec le principe de l’interaction permanente toutes les règles sont changées. Les déclarations, publications, partages sont multipliés à la quette d’un maximum de réactions. On ne dit plus, on ne partage plus ou on n’attire plus l’attention de proches sur un fait ou une donnée importante mais on cherche à exister. Les conséquences sur les relations sociales et humaines sont visbiles, et franchement pas positives. « Le créateur du bouton "J'aime" de Facebook, Justin Rosenstein, a décidé de bouder les réseaux sociaux Reddit et Snapchat, révélait le Guardian en octobre. L'ingénieur a même demandé à son assistant de lui installer un filtre parental sur son téléphone, pour l'empêcher de télécharger toujours plus d'applications » rappelle la chaine d’infos publique française.
 




Dans la même rubrique :
< >