Speedy Life
Actu

La Chine envoie avec succès une fusée pour collecter des morceaux de Lune


Clarisse Rosius
Mardi 24 Novembre 2020





Pékin a annoncé avoir envoyé avec succès une fusée pour la mission Chang’e-5. L’objectif de cette expédition non habitée est de collecter des morceaux de Lune pour ensuite les étudier. Mais il s’agit surtout d’une démonstration de force pour le pays qui se hisse au sommet des puissances spatiales.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
C’est en annonçant le succès que les autorités chinoises ont fait savoir que Chang’e-5 avait décollé. Le pays ne prévient jamais des dates des missions aérospatiales en amont. On savait en revanche que le projet était imminent et devant avoir lieu avant la fin du mois prochain. « A bien y regarder, Chang’e-5 n’est rien d’autre qu’une mission Apollo en réduction – mais sans humain à bord. Un module de service convoie un train spatial composé de trois autres éléments. Tout d’abord un atterrisseur, semblable à celui des deux précédentes missions. Son bras robotisé ramassera des échantillons de sol, le fameux régolithe lunaire pulvérulent, et une foreuse prélèvera des carottes jusqu’à 2 mètres de profondeur. Les « récoltes » seront stockées dans le deuxième élément, un petit étage dit de remontée, posé sur l’atterrisseur. Il s’arrachera à la gravité lunaire pour rejoindre le module de service demeuré en orbite » raconte Le Monde .

Lorsque l’appareil sera posé sur la Lune, prouesse pour le pays qui ne l’a jamais fait, des échantillons seront expédiés dans une autre capsule qui doit les rapporter sur Terre. « Le but scientifique de la mission n’est pas négligeable, qui se double d’un aspect symbolique : devenir le troisième pays à rapporter des échantillons lunaires, après les Etats-Unis et l’URSS – la sonde soviétique Luna-24 fut la dernière, en 1976, à le faire. Spécialiste de géologie lunaire et martienne, Jessica Flahaut, du Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CRPG) de Nancy, a travaillé avec des chercheurs chinois pour déterminer une « cible » intéressante » appuie le quotidien. L’intérêt scientifique est donc également au rendez-vous. Il ne s’agit pas seulement pour la Chine de devenir une grande puissance spatiale. Même si les moyens faramineux ne justifient pas la collecte de 2 kilos de Lune.




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Octobre 2021 - 09:38 Face à Clubhouse, Facebook sort un equivalent