Speedy Life
Tendances

La Stan Smith et ses «haters»


Lundi 15 Février 2016




Point trop n’en faut. On a tellement vu la Stan Smith depuis son retour orchestré en 2014 qu’aujourd’hui, ça sature.


La Stan Smith et ses «haters»
Votre obligée se souvient qu’il y a quelques années, beaucoup semblaient lui demander quand elle entrerait à l’HP, rapport à l’équation clownesque pantalon rose-Stan Smith. C’était au mitan des années 2 000 , voire dans les années 90. Depuis, les choses ont bien changé. La Stan Smith s’est emparée de la ville, comme la vérole est tombée sur le bas clergé breton. Il y a quelques années, on a assisté au même phénomène, avec la Converse devenue mainstream, au grand dam des initiés.

Résultat, aujourd’hui aussi, les initiés de la Stan Smith de la première heure (ça existe), sont écœurés. Ça sature. Et comme de bien entendu, ça sature aussi sur les réseaux sociaux, miroirs de l’époque : le Tumblr Stop Stan Smith, sur lequel on peut lire, rapporte le site de 20minutes : « 70 ans après la libération de Paris, les SS allemands sont de retour dans la capitale, plus nombreux que jamais. On crie au complot ? Tout à fait » ; le compte Instagram @stansmithophobe et sa petite blague du jour : « J’ai pécho la fille avec les Stan Smith. Laquelle ? » Même le magazine Slate.fr serait partisan d’une interdiction. Sale temps pour la Stan Smith. Après avoir été adulée, elle attire les haters de tous les côtés.

Pour la petite histoire, la sneaker d’Adidas a commencé à être produite en 1963. À l’origine, elle s’appelait l’Adidas Robert Haillet, du nom du tennisman français qui « a conçu la paire de sneakers blanches, aérée par trois rangées de trous. » Elle a ensuite été renommée grâce à Stan Smith, le tennisman du même nom, qui a remporté Wimbledon en 1972. Et là, c’est l’envol. En 1990, elle apparaît même dans le Guinness des records : depuis la création de la tennis blanche au contrefort vert, 22 millions d’exemplaires se sont écoulés à travers le monde. Ensuite, la marque allemande annonce sa mort en 2010, créant ainsi le buzz et le manque. Avant de la ressortir en 2014. La stratégie marketing a tellement bien marché qu’aujourd’hui, on n’en peut plus de la Stan Smith.