Speedy Life
Culture(s)

La culture du Slow comme résistance au « culte de l'urgence »


Speedy Life
Vendredi 3 Août 2012





Vite, toujours plus vite, tel est notre engouement à vivre intensément pour braver une vie trop courte. Beaucoup critiquent une course à la performance sans se rendre compte qu'ils en sont le moteur. Le culte de l'urgence arrive à son apogée, contré par l'émergence d'une tendance qui peut-être empêchera la société de sombrer dans la frénésie du temps : la culture du Slow.


La culture du Slow comme résistance au « culte de l'urgence »
L'accélération du temps
 
Ipsos a récemment révélé que les Français considèrent qu’ils pourraient accomplir tout ce qu’ils veulent s'ils disposaient de quatre heures supplémentaires par jour. Ainsi la journée ne pouvant être allongée, chacun essaie de grappiller quelques minutes à droite à gauche, et notamment sur le sommeil, pour courir un peu plus longtemps. Cette course contre la montre à l'échelle de la vie humaine fait face au temps insaisissable, s'écoulant irrémédiablement de la même façon. Aujourd'hui les enfants grandissent en suivant l'exemple de leurs parents surmenés. Mais ces hyper enfants ont déjà compris que rien ne sert de courir.
 
Du slow pour plus de plaisir
 
Courir et toujours courir ne sert qu'à se priver du plaisir du présent, au détriment d'un futur proche plus optimiste, mais souvent utopiste. Toute la question de la culture du Slow réside en effet dans la notion de plaisir que l'on ressent lorsque l'on prend son temps. Cette tendance vient résister au culte de l'urgence, et les nouvelles générations y sont beaucoup plus réceptives. Ces dernières ont grandi en courant et se sont rendu compte que cela ne les menait à rien. Elles veulent donc désormais apprécier le temps qui passe et en tirer plaisir. La culture Slow se propose ainsi de combler sous différentes formes ces frustrations. Ainsi, prendre le temps de manger, de voyager ou d'éduquer les futures générations devient une nécessité aux yeux d'un peu plus de gens chaque jour.
 
Slow Food et Slow travel
 
Prendre son temps est devenu un argument commercial pour certains restaurateurs qui affichent fièrement une étiquette « Slow food ». Cela va à l'encontre des Fast food, dont tout le monde sait qu'on y mange vite et pas forcément sainement. Ainsi, la culture du Slow food vient redonner le sens du plaisir de manger en invitant chacun à apprécier les aliments à leur juste valeur, et non pas à les considérer comme un carburant dont il faut faire le plein le plus rapidement possible. Du plaisir donc, pour redéfinir la notion du temps et du temps pour redéfinir la notion du plaisir. Et cela est valable pour toutes choses, à commencer par celles pour qui nous avons pris l'habitude de courir trop vite.  Le voyage et les voyageurs avec le slow travel ont également compris que la course ne mène à rien. Finalement, s’attarder, c’est récupérer le temps perdu à courir.




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Décembre 2019 - 09:09 Anna Karina, une figure féminine s’en est allée