Speedy Life
Actu

La minceur est aussi une disposition génétique


Clarisse Rosius
Mardi 29 Janvier 2019





D’après une étude britannique de l’Université de Cambridge, les personnes minces et en bonne santé profitent pour la plupart d’antécédents génétiques favorables. Être mince serait ainsi aussi très largement dû à la nature.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Finalement on le savait déjà, mais ça fait du bien à entendre. Être mince n’est pas qu’une question de discipline ou de motivation à faire du sport et des régimes. Une étude britannique vient en effet de montrer que les dispositions génétiques jouent un grand rôle en la matière. « Afin de savoir pourquoi certaines personnes semblaient avoir plus de facilité à garder un poids normal, des chercheurs de l'Université de Cambridge et du Conseil Européen de Recherches, ont mis au point une étude sur les sujets minces (Study Into Lean and Thin Subjects -STILTS), en recrutant des adultes britanniques de 18 à 65 ans, bien portants et minces (et sans troubles de l'alimentation). On demanda aux participants de fournir des échantillons de salive pour analyser leur ADN et de répondre à des questions concernant leur santé et leurs habitudes de vie » raconte Le Midi Libre. Ensuite, en comparant ces données avec d’autres échantillons de personnes montrent que les personnes minces et en bonne santé avaient des antécédents familiaux similaires.

« En plus de trouver des variantes génétiques dont le rôle par rapport à l'obésité avait déjà été identifié, les chercheurs ont aussi trouvé de nouvelles données génétiques liées à l'obésité sévère et à la minceur saine. Pour voir l'impact de ces gènes sur le poids, les scientifiques ont ajouté les contributions des différentes variantes génétiques pour calculer un score de risque génétique. Les résultats ont montré que les personnes minces enregistraient un score de risque génétique bien plus bas, ce qui signifiait qu'elles avaient moins de variantes génétiques pouvant augmenter les chances de souffrir de surpoids » précise le quotidien local. Être mince dépend donc très largement de son ADN. Déculpabilisons donc si l’on remarque que certaines habitudes alimentaires similaires ne donnent pas le même résultat. C’est injuste mais dans le domaine de la santé, l’égalité parfaite n’existe évidemment pas.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Février 2019 - 16:35 La forme olympique de Gucci motrice du groupe Kering