Speedy Life
Actu

Le bien-être des citoyens dépend il de l'intégration interculturelle ?


Clarisse Rosius
Jeudi 18 Janvier 2018




Une étude révèle que les le bien-être et la satisfaction des citoyens sont plus élevés dans les Cités interculturelles.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
Depuis 2008, le Conseil de l'Europe, à travers son programme phare des Cités interculturelles, a soutenu plus de 120 collectivités locales en Europe et dans le monde, dans la conception et la mise en oeuvre de politiques et de stratégies inclusives pour l'intégration des migrants et des réfugiés, conformément à l'approche interculturelle. Basées sur la notion de l'avantage de la diversité, ces stratégies sont fondées sur l'hypothèse que la diversité peut être un atout pour les communautés si elle est gérée de manière positive et compétente; elles mobilisent les dirigeants, les responsables politiques, les professionnels, les entreprises et la société civile en vue de remodeler les politiques et les services de la ville pour les rendre plus efficaces et engager les citoyens dans la construction d'une conception de la (des) diversité (s) des sociétés en tant qu'avantage pour tous.

Aujourd'hui, une nouvelle étude du Migration Policy Group s'interroge sur la question de savoir si l'approche de l'intégration interculturelle préconisée par le Conseil de l'Europe conduit à une meilleure qualité de vie dans diverses villes.

Les résultats confirment un lien statistique fort entre les politiques interculturelles locales et le bien-être local. Les villes dotées de politiques interculturelles plus fortes, basées sur le modèle du Conseil de l'Europe, sont plus susceptibles d'avoir des populations qui croient que les étrangers sont bons pour leur ville et que les services locaux sont dignes de confiance et efficaces.

Cette forte corrélation montre que les politiques inclusives ne contrarient pas l'opinion publique à l'égard des migrants et n'aliènent pas les électeurs. En outre, les résidents des villes dotées de fortes politiques d'intégration interculturelle et inclusive des migrants sont plus satisfaits des services publics et de l'administration locale, pensent plus facile de trouver un emploi et se sentent plus en sécurité.

Si l'on tient compte des principaux facteurs démographiques explicatifs, les villes dotées de politiques interculturelles plus fortes sont plus susceptibles d'avoir des populations qui considèrent que la présence des étrangers est bénéfique pour la ville. Les politiques interculturelles d'une ville sont le facteur déterminant le plus fort de l'opinion publique sur les immigrés, plus important encore que l'âge, le sexe, l'emploi/la situation financière ou la part des étrangers dans la ville.

Enfin, l'étude a établi que les politiques locales sont le facteur clé d'une intégration réussie, plus important encore que les politiques nationales.

L'étude a été réalisée par Anne-Linde Joki et Alexander Wolffhardt avec le soutien de Thomas Huddleston. Vous pouvez obtenir la version complète de l'étude en la demandant au Secrétariat des Cités interculturelles.




Dans la même rubrique :
< >