Speedy Life
Lifestyle

Les cancers vont détrôner les maladies cardiovasculaires comme première cause de décès


Clarisse Rosius
Mercredi 11 Septembre 2019





Les pays post industriels ont déjà vu le cancer détrôner les maladies cardiovasculaires comme première cause de décès. A l’échelle mondiale, les cancers restent en deuxième position mais la situation pourrait bien évoluer dans les prochaines années.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Dans une poignée de décennies, les cancers seront certainement la première cause de mortalité dans le monde. Cette observation de l’OMS se vérifie notamment par la différence conséquente entre les pays en développement et les plus riches. « Le cancer pourrait devenir dans quelques dizaines d'années la principale cause de décès dans le monde, dépassant les maladies cardiovasculaires qui occupaient selon l'OMS la première marche de ce désolant podium depuis plus de quinze ans. Ce basculement s'opère d'ores et déjà dans les pays à revenu élevé en 2017, d'après deux études. Les maladies cardiovasculaires demeurent la principale cause de mortalité dans le monde chez les adultes d'âge moyen, mais le cancer devient la principale cause de décès dans les pays riches, selon deux enquêtes » rapporte le Futura Sciences.
 
Les chercheurs expliquent qu’en 2017 17,7 millions des 55 millions de morts enregistrées ont été causées par des maladies cardiovasculaires. « Les auteurs, dont les travaux sont présentés au Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) à Paris, pointent le lourd tribut payé par les pays pauvres à ces pathologies. Le cancer, deuxième cause de décès la plus fréquente dans le monde en 2017, représente un peu plus du quart (26 %) de tous les décès. Mais dans les pays riches, le cancer tue maintenant 2,5 fois plus de gens que les maladies cardiaques, d'après ces recherches, limitées à 21 pays, parues dans la revue médicale The Lancet. À titre de comparaison, les maladies cardiovasculaires étaient responsables de trois fois plus de décès que le cancer dans les pays à faible revenu » relaye le site spécialisé.
 
La principale leçon de cette étude est l’inégalité flagrante entre les pays pauvres et riches. Ainsi il apparait que les habitants des pays pauvres ont 2,5 fois plus de chance de mourir d’une maladie cardiaque que ceux des pays riches…




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 8 Décembre 2020 - 14:34 ​Covid-19 : un drôle de Noël en perspective