Speedy Life
Actu

Les oppositions ont beau gesticuler, les chiffres sont têtus


Clarisse Rosius
Mercredi 1 Août 2018




L’opposition de gauche et l’opposition de droite ont présenté des motions de censures en vain. Une situation qui rappelle que malgré les agitations, l’assise du gouvernement est encore aussi forte.


DR
DR
En voulant se montrer plus offensifs, les oppositions ont en réalité démontré leur faiblesse. « Alliés d’un jour, les députés LR applaudissent leurs homologues du côté gauche de l’hémicycle et vice versa. Pas banal. Jean-Luc Mélenchon se voit même gratifié d’un «il a raison !» sonore venu des rangs Républicains. Des élans d’amour transpartisans qui ne se traduiront pas dans les urnes. Symboliques vu le poids écrasant de la majorité LREM-Modem, les deux motions ont sans surprise été rejetées, avec des résultats à géométrie variable. Premier à être mis au vote, le texte déposé par Les Républicains a recueilli 143 voix, avec le renfort des communistes, des Insoumis et des députés frontistes. La motion déposée par la gauche a ensuite été votée par 74 députés » raconte Libé .

Beaucoup de bruit pour des scores très loin de faire trembler le pouvoir. D’autant que les forces politiques d’opposition n’ont même pas cherché à cacher leurs luttes avec pour enjeu la posture du meilleur opposant. « Refusant de joindre ses voix à la droite, le groupe Nouvelle Gauche s’est contenté de voter le texte de gauche. Mais «cette motion commune n’est pas un accord de gouvernement que nous aurions signé à la faveur de cette affaire», prévient dans la matinée le premier secrétaire du PS, Olivier Faure. «On n’est pas là pour ressusciter l’union de la gauche ou proposer une alternative politique», le rassure le député LFI Eric Coquerel. «Chacun chez soi», ont donc décidé les Républicains, prenant modèle sur les socialistes pour refuser un strike parlementaire » continue le quotidien.

Sorte de bravade des opposants survoltés depuis deux semaines par l’agitation politico-médiatique et l’intérêt du public pour l’affaire Benalla, les motions sont surement le coup de trop. « Edouard Philippe se fait alors un plaisir de renvoyer les socialistes à l’affaire Cahuzac et la droite aux sondages de l’Elysée, du temps de Nicolas Sarkozy. Ambiance. Concerné de très loin par l’affaire Benalla, qui déstabilise le premier cercle macroniste, Philippe profite à fond de cette tribune pour faire applaudir toutes les réformes votées depuis mai 2017, à l’exception du 80 km/h et de Parcoursup » écrit Libé. Si la majorité avait cherché une opportunité de finir son année en position de force, elle n’aurait pas trouvé mieux.