Speedy Life
Actu

Médicaments pendant la grossesse : les boîtes de médicament s'adaptent


Clarisse Rosius
Mercredi 18 Octobre 2017




Un pictogramme « femmes enceintes » arrive, à compter du 17 octobre 2017, sur les boîtes de médicaments présentant des risques pour les femmes pendant leur grossesse. Il est apposé par les laboratoires sur les médicaments concernés et permet une meilleure visibilité de l'information relative à ces risques, déjà signalée dans la notice du médicament.


Source : Pixabay, image libre de droits
Source : Pixabay, image libre de droits
La mise en place de ce pictogramme s'inscrit dans la logique initiée avec le « pictogramme Dépakine® », réalisé en collaboration avec l'association APESAC, dans l'objectif de renforcer l'information sur les risques associés à la prise de médicaments au cours de la grossesse.

Les femmes pourront rencontrer deux modèles de pictogrammes sur les boîtes de médicaments concernés, d'abord un pictogramme «danger». Ce pictogramme signale aux patientes que le médicament doit être utilisé uniquement s'il n'y a pas d'autre médicament disponible. Ensuite un pictogramme « interdit » : ce pictogramme signale aux patientes que le médicament ne doit pas être utilisé.
En fonction de chaque médicament concerné, le laboratoire appose le pictogramme retenu qui mentionne :
- XXX = « nom du médicament » ou « ce médicament »
- les personnes concernées :
* l'adolescente ou la femme en âge de procréer, et sans contraception efficace ;
* la femme enceinte durant toute la période de la grossesse ou durant une période de la grossesse précisée sur la boîte du médicament.

Dans le cadre de ses missions, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits santé assure le suivi du dispositif.

Cette mesure concerne une large part de la pharmacopée. Elle rappelle que l'utilisation de médicaments pendant la grossesse n'est pas banale et nécessite l'avis d'un professionnel.

Il est impératif que toute femme prenant un médicament comportant l'un de ces deux pictogrammes n'arrête pas son traitement, sans consulter au préalable son médecin, sa sage-femme ou s'informer auprès de son pharmacien.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 20:58 Dépression post-partum : le poids de la douleur