Speedy Life
Vite dit!

Nathalie Baye au secours des grands singes menacés


Clarisse Rosius
Lundi 16 Avril 2018




Plusieurs personnalités dont Nathalie Baye ont décidé d’utiliser leur notoriété pour interpeller le gouvernement sur la situation des grands singes menacés d’extinction. Alors que 70% de leurs populations ont disparu en un demi-siècle, ils appellent à la mise en place d’un plan d’urgence.


ILD
ILD
Une personnalité parrain d’une cause, c’est cliché mais ça marche. Ça marche parce que ça fait parler de la cause défendue et finit par obliger les responsables politique à se positionner. C’est ce qu’essayent de faire plusieurs personnalités dont Nathalie Baye pour défendre les grands singes. « Les grands singes sont menacés d'extinction. En 50 ans, 70 % des populations ont disparu. Leur espace vital se réduit comme peau de chagrin: en Afrique, les forêts vierges sont détruites à un rythme vertigineux, environ trois millions d’hectares disparaissent chaque année. Pour sauver les chimpanzés, les gorilles, mais aussi les orangs-outans (seuls grands singes à vivre en dehors d'Afrique), plusieurs personnalités d'horizons très divers, dont l'actrice Nathalie Baye, interpellent le gouvernement pour que la France engage un plan d'urgence » explique Radio France Internationale (RFI) dans un article publié sur son site internet .

L’actrice n’a pas forcément une histoire très particulière avec ces animaux comme le souligne sa déclaration citée par RFI « très jeune, j’ai découvert les grands singes au petit zoo du Jardin des plantes et j’allais voir presque quotidiennement les gorilles. » Des souvenirs d’enfance qui ne plairont pas à tous les défenseurs des animaux, notamment ceux qui militent pour la fin des zoos. Mais pour les personnes à l’origine de cette campagne, l’objectif est de susciter une réaction du gouvernement en faisant pression par l’opinion publique. « Le rôle de cette figure du cinéma français est de donner de la visibilité à un plan pour sauver les grands singes. Il se décline en 10 actions, dont la limitation des importations vers la France de produits dont la culture menace l'espace vital des singes; mais aussi la réduction de pesticides utilisés aux abords des forêts. Par exemple, celles du parc national de Kibalé en Ouganda où la primatologue Sabrina Krief partage depuis vingt ans sa vie avec les chimpanzés » précise la radio de l’audiovisuel étranger de la France.



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 27 Novembre 2018 - 18:11 Schiappa et la société « malade de sexisme »