Speedy Life
Actu

Nigéria : soulagement après la libération des jeunes filles enlevées


Clarisse Rosius
Lundi 1 Mars 2021





Le gouvernement de Zamfara, un Etat du Nigéria, annonce que les 279 adolescentes enlevées vendredi dernier ont été libérées et sont arrivées en bonne santé dans la maison du gouvernement local.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Soulagement après trois jours d’intenses inquiétudes. « Les centaines d'adolescentes enlevées vendredi dernier  dans leur pensionnat de Jangebe, dans le nord-ouest du Nigeria, ont été libérées et sont, mardi 2 mars, dans les locaux du gouvernement de Zamfara, a annoncé le gouverneur de cet Etat, Dr. Bello Matawalle. "Je suis heureux d'annoncer que les filles ont été libérées. Elles viennent juste d'arriver dans la maison du gouvernement, et sont en bonne santé", a-t-il déclaré. "Le nombre total de filles enlevées dans l'école est de 279, elles sont toutes ici avec nous, nous remercions Allah", a ajouté le gouverneur. Les autorités avaient initialement affirmé que 317 jeunes filles manquaient à l'appel après l'attaque de ce pensionnat dans l'Etat de Zamfara dans la nuit de jeudi à vendredi par des hommes armés. Un journaliste de l'AFP a pu voir des centaines de jeunes filles, portant un hijab de couleur bleu ciel, réunies à la maison du gouvernement » nous apprend France Info.
 
Cet enlèvement de grande ampleur avait fait parler de lui car il rappelait les enlèvements auxquels procédait Boko Haram et qui avaient ému le monde entier. Il ne s’agit pourtant pas d’un cas isolé pour de nouveaux groupes criminels mal identifiés. « Il s'agissait de la quatrième attaque d'écoles en moins de trois mois dans le nord-ouest du Nigeria, où des groupes criminels, appelés "bandits", multiplient les vols de bétail à grande échelle et pratiquent les enlèvements contre rançon depuis plus de dix ans. Les autorités de Zamfara ont l'habitude de discuter avec les groupes criminels avec lesquels ils négocient depuis plus d'un an des accords d'amnistie en échange de la remise de leurs armes. Ce sont les responsables de l'Etat de Zamfara qui avaient d'ailleurs négocié la libération en décembre dernier de 344 garçons qui avaient été enlevés par des bandits de leur pensionnat dans l'Etat voisin de Katsina » continue la chaine d’info publique. Signe que malheureusement, ces incidents sont devenus presque monnaie courante dans la région.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 24 Novembre 2021 - 10:45 Une cryptmonnaie pour financer le cinéma