Speedy Life
Actu

Noyade sèche : reconnaitre les symptômes pour limiter les risques


Clarisse Rosius
Jeudi 23 Août 2018




Après avoir bu la tasse ou s’être presque noyé, il est fondamental d’observer les éventuelles conséquences dans les jours qui suivent. En cas de maux de ventre, fièvre et toux il faut s’empresser de consulter pour éviter le pire.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Une noyade même lorsqu’elle ne cause pas d’évanouissement ou la mort représente un risque pendant plusieurs jours. C’est ce que l’on appelle la noyade sèche : décès en décalé de l’incident par détresse respiratoire. Sans paniquer à chaque fois qu’un enfant a bu la tasse, il faut être vigilant et bien reconnaitre les symptômes.
 
« Entre une heure et vingt-quatre heures après avoir ingéré une grande quantité d’eau, la personne tousse, cherche sa respiration comme pendant une crise d’asthme, a des maux de ventre, de la fièvre, est fatiguée. Sans soins, elle peut en mourir » explique 20 Minutes dans un article consacré à ce sujet. En cas d’incident, un médecin interrogé par le journal conseille d’appeler le 15 et d’écouter les conseils. Il rappelle cependant que boire la tasse de manière normale ne doit pas susciter l’inquiétude. C’est lorsque des difficultés à respirer, des maux de ventre ou l’apparition d’une fièvre se manifestent qu’il faut rapidement réagir pour empêcher le pire.
 
En effet, ce qui peut être préoccupant c’est lorsque trop d’eau a été ingérée et qu’une infection ou un endommagement des poumons en résulte. Dans ces deux cas, une prise en charge médicale peut permettre aisément de régler le problème en proposant un traitement respiratoire ou des antibiotiques.
 
Durant cette période estivale, la prévention et la sensibilisation sont fondamentales pour empêcher que des incidents voire des tragédies. « Pour éviter la noyade, il faut surveiller les enfants de près, être dans l’eau avec eux et les munir de brassards. Il vaut mieux ne se baigner que dans des zones surveillées et connaître les particularités de la plage par exemple (bâches, baïnes…). Entre le 1er juin et le 26 juillet, l’agence Santé Publique France a déjà recensé 1.139 noyades dont 251 ont été suivies de décès » conclue le quotidien gratuit.