Speedy Life
Culture(s)

On ne peut plus dire « lait de soja » ou « fromage végétal »


Clarisse Rosius
Mercredi 14 Juin 2017




La Cour de Justice de l’Union européenne vient d’interdire l’utilisation de termes liés aux produits laitiers pour désigner des produits qui n’en contiennent pas. Une décision qui met un terme à un bras de fer qui opposait un producteur de tofu et une association de lutte contre la concurrence déloyale.


ILD
ILD
C’est vrai que ça n’a pas le goût de lait, que ça ne contient pas de lait mais qu’on l’appelle « lait de soja ». Une bizarrerie à laquelle la Cour de justice européenne a décidé de mettre un terme en publiant un arrêt pour interdire l’utilisation de termes de produits laitiers pour des produits qui ne contiennent pas de lait.
 
« Un grand nombre d'étiquettes de produits vont devoir être altérées. Certaines appellations comme «lait de soja», «beurre au tofu» ou encore «fromage végétal» devront bientôt disparaître... Pourquoi? C'est ce qu'a tranché la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) dans un arrêt rendu ce mercredi 14 juin. La Cour conclut que «la dénomination «lait» et les dénominations réservées uniquement aux produits laitiers ne peuvent être légalement utilisées pour désigner un produit purement végétal et ce, même si ces dénominations sont complétées par des mentions explicatives ou descriptives indiquant l'origine végétale du produit en cause» » rapporte Le Figaro.
 
A l’origine de l’affaire, un bras de fer entre une association et une entreprise allemande. « 
Cette affaire oppose la société allemande «TofuTown.com», qui fabrique et distribue des aliments végétariens et végétaliens, à une association allemande de lutte contre la concurrence déloyale, le «Verband Sozialer Wettbewerb», à propos des termes «beurre de tofu», «fromage végétal» et d'autres dénomination similaires. L'enjeu était de déterminer si les produits purement végétaux peuvent être commercialisés sous une appellation réservée aux produits d'origine essentiellement animale, comme «lait», «crème», «chantilly», «beurre», «fromage» ou «yogourt». TofuTown estimait que la manière dont le consommateur comprend ces dénominations avait considérablement évolué au cours de ces dernières années » raconte le quotidien français.
 
En France, les entreprises qui vendent des produits végétaux interrogées par le journal affirment être déjà en règle. Seule exception laissée par la Cour européenne, le « lait d’amende » parce qu’il est inclus dans la liste des exceptions françaises avec aussi « crème de marron », « crème de cassis » ou « crème de riz ».