Speedy Life
Culture(s)

Out of the blue


Mardi 24 Mars 2015




L’histoire, la symbolique et la signification des couleurs est un domaine d’études passionnant. Avec l’ouvrage de Jean-Gabriel Causse, « L'Étonnant Pouvoir des couleurs », focus sur le bleu.


Out of the blue
Le pouvoir des couleurs n’est ni galvaudé ni surévalué. Pour preuve, l’excellent essai de Jean-Gabriel Causse, L'Étonnant Pouvoir des couleurs apprend 1 000 choses sur le bleu, entre autres. Jean-Michel Causse sait de quoi il parle. Il est membre du Comité français de la couleur, et plus largement appelé color designer, comme il y a des sounds designers.
 
Le bleu, car c’est le sujet. Mais au-delà, toutes les couleurs ont un certain pouvoir. Elles agissent et influent sur notre inconscient. Mais aussi sur notre façon d’être, notre vie de tous les jours. À l’arrivée, rien n’est laissé au hasard, dans des domaines aussi variés que l’univers du travail, notre choix en terme de décoration (le bleu par exemple semble agrandir et rafraîchir une pièce), la façon de nous nourrir. Marketing, culture, psychisme, tout passe à la moulinette de la couleur. Dans le cas présent, celle du bleu.
 
Anciennement couleur de la Vierge, le bleu a gardé son aspect apaisant. C’est une couleur qui relaxe. Parfois même, elle va jusqu’à être sédative. Parfait donc de repeindre sa chambre en bleu pour trouver le sommeil. En revanche, si on est du genre à avoir du mal à décoller le matin, ce n’est pas une bonne idée ! Sédatif donc, le bleu. Dommage que les nouveau-nés ne le perçoivent pas. En effet, après avoir vu en noir et blanc pendant deux semaines, leur spectre s’élargit, ils voient rouge et jaune ! De bleu, point. C'est un peu bête quand on connaît son pouvoir calmant...
 
Si le tout petit bébé ne le voit pas, le bleu possède des vertus apaisantes pour certains épileptiques, explique Jean-Gabriel Causse au Figaro Madame : « si on leur fait porter des lentilles de vue bleues, les signes déclencheurs de crise disparaissaient dans 77 % des cas. » Le bleu réduirait aussi la pression artérielle, le pouls et le rythme cardiaque. Résultat, il a un côté anxiolytique. Il est donc souvent utilisé pour diminuer l’angoisse, processus courant dans le marketing. Pardon pour l’exemple mais technique imbattable pour ne pas effrayer la consommatrice : pour vendre des serviettes hygiéniques, le rouge se transforme en bleu lagon. C'est aussi simple que cela.
 
Le bleu rend aussi créatif. Il stimule l’imagination. Ainsi, Jean-Gabriel Causse rapporte une expérience menée avec les salariés d’une entreprise. Les employés dont le fond d’écran était bleu, ont eu beaucoup plus d’idées percutantes que leurs collègues dont le fond d’écran était rouge. Si le rouge attire, par exemple, un client dans une boutique dont la devanture est écarlate, à l’inverse, les couleurs chaudes, du type orange ou rouge, ont tendance à énerver. Pour faire le bon choix dans un magasin, rien de mieux que du bleu ou des couleurs froides. Elles aident « à se poser, à réfléchir », explique le color designer. « Les couleurs chaudes donnent l'impression au consommateur qu'on lui force la main. » De quoi voir rouge en somme. Du bleu donc, pour ne pas se tromper.
 
L'Étonnant Pouvoir des couleurs, Jean-Gabriel Causse, (Éditions du Palio).

Out of the blue




Dans la même rubrique :
< >