Speedy Life
Découverte

Parkinson : prometteurs transplants de cellules dans le cerveau


Clarisse Rosius
Vendredi 9 Novembre 2018




Des médecins japonais ont annoncé qu’ils avaient transplanté des cellules souches dans le cerveau de patients atteints par la maladie de Parkinson. Une opération qui, si elle s’avère concluante, pourrait être un premier pas crucial dans le traitement de cette maladie.


Creative Commons - Pixabay
Creative Commons - Pixabay
Dix millions de personnes dans le monde sont touchées par la maladie de Parkinson. Particulièrement handicapante selon le degré qui touche les personnes, cette pathologie contribue très largement à rendre difficile la vieillesse de centaines de milliers de personnes C’est pour cette raison que l’annonce d’une opération novatrice par une équipe de médecins japonais de l’Université de Kyoto est suivie avec beaucoup d’intérêt.

Le 9 novembre, l’équipe a « transplanté des cellules souches dites «iPS» dans le cerveau de patients atteints de la maladie de Parkinson, dans une expérience qui pourrait changer beaucoup de choses dans la lutte contre cette maladie, si elle se concrétise. Car on attend que ces cellules, qui ont la particularité de pouvoir se transformer en n'importe quelle autre, produisent des neurones » rapporte Radio France internationale (RFI).

« Cette équipe japonaise est donc allée mener le combat dans le cerveau. Puisque les neurones sont atteints, il faut donc en fabriquer des nouveaux. Pour y parvenir, les chercheurs se sont appuyés sur des cellules souches pluripotentes induites (IPS, pour induced pluripotent stem cells). Il s'agit de cellules adultes, mais rajeunies, comme si elles faisaient partie d'un embryon. Elles retrouvent alors la faculté de produire n'importe quel autre type de cellules en fonction de l'endroit du corps où elles sont transplantées » ajoute la radio française.

Les chiffres surprennent. Les médecins nippons expliquent en effet avoir implanté 2,5 millions de cellules dans l’hémisphère gauche du cerveau. Ils attendent désormais de voir si le cerveau du patient va développer de nouveaux neurones. « Il est malheureusement encore trop tôt pour savoir si l'expérience est concluante, mais l'opération s'est en tout cas bien passée. Les chercheurs se donnent désormais six mois, pour vérifier qu'aucun problème n'est apparu. C'est ensuite l'hémisphère droit du cerveau du patient qui recevra ses nouvelles cellules » conclue l’article.




Dans la même rubrique :
< >